Des lettres et des news

Forum sur l'actualité et la culture


    L'avortement en question ?

    Partagez

    Ymar



    Messages : 4893
    Date d'inscription : 18/12/2013

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Ymar le Mar 21 Jan 2014 - 17:55

    maadim27 a écrit:

    Eh ! oui, il y a une aspiration à tout diriger dans une religion --- 
    Le voile pose un énorme problème - c'est un signe ostentatoire et à ce titre il devrait être interdit. 
    C' est un point de clivage entre les français. 
    Je ne comprends pas les femmes qui y sont favorables.

    Maadim,

    Peut être une certaine nostalgie, le camping toussa,...

    AU fait d'accord avec vous concernant les sous- parties.

      Ymar
    avatar
    maadim27



    Messages : 2868
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : dans mes baskets

    Re: L'avortement en question ?

    Message par maadim27 le Mar 21 Jan 2014 - 18:16

    Ymar a écrit:

    Maadim,

    Peut être une certaine nostalgie, le camping toussa,...

    AU fait d'accord avec vous concernant les sous- parties.

      Ymar
      

    Ymar,

    Vous avez raison, pourquoi n'y ai-je pas pensé ? 

    La 1° Trigano ..... puis la planche à voile.

    Ah ! la jeunesse, les cheveux au vent....

    maadim  
    avatar
    Flavius



    Messages : 5276
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Flavius le Mar 21 Jan 2014 - 19:18

    Azhalee a écrit:
    Je pense aussi que la clause de conscience avait pour but de calmer les ardeurs des antis.
    N'oublions pas que l'Espagne est le berceau de l'inquisition et qu'il y a fort à parier qu'il existe encore des mouvances qui agissent pour son rétablissement.
    Les extrémistes religieux de tous poils ont le vent en poupe en ce moment.

    Je suis tout à fait d'accord avec vous.
    avatar
    Flavius



    Messages : 5276
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Flavius le Mar 21 Jan 2014 - 19:26

    beced a écrit:

      
    Dans le cas présent je pense que la démarche de  NVB est justifiée : "ce qui va sans dire, va mieux en le disant".
    Surtout que dans certains couples l'élement culturel aurait, à un moment ou un autre,  pu faire jouer cette clause pour faire pression sur l'hôpital.

    =

    Sur le fond je serai d'accord avec toi. Sur la stratégie, je reste perplexe. On va encore ouvrir un débat qui fort heureusement dans notre pays était clos sous quel réel prétexte. Jusqu'à présent, tout se passait, me semble-t-il assez bien, si ce n'est une quinzaine d’hurluberlus qui viennent s’époumoner devant les cliniques qui pratiquent l'avortement. Un peu plus et ils passaient dans la tradition folklorique de notre pays.

    Enfin, nous verrons bien. Mais ce sujet semble faire l'unanimité de la classe politique sérieuse.
    avatar
    maadim27



    Messages : 2868
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : dans mes baskets

    Re: L'avortement en question ?

    Message par maadim27 le Mar 21 Jan 2014 - 20:38

    Flavius a écrit:

    Sur le fond je serai d'accord avec toi. Sur la stratégie, je reste perplexe. On va encore ouvrir un débat qui fort heureusement dans notre pays était clos sous quel réel prétexte. Jusqu'à présent, tout se passait, me semble-t-il assez bien, si ce n'est une quinzaine d’hurluberlus qui viennent s’époumoner devant les cliniques qui pratiquent l'avortement. Un peu plus et ils passaient dans la tradition folklorique de notre pays.

    Enfin, nous verrons bien. Mais ce sujet semble faire l'unanimité de la classe politique sérieuse.


    Ce sujet revient s'emboiter dans les autres sorties des extrémistes radicaux : ceux qui veulent empêcher un spectacle, l' IVG et autres .... ce sont des trublions qui finissent par mettre le souk dans un pays. 
    Les "civitas" sont des plus actifs - mais il n'y a pas qu'eux.  

    Des médecins anti-IVG en venaient à s'enchainer à un radiateur devant la salle d'op' -- ceci pour le côté spectaculaire -
    Il y a aussi les menaces envoyées aux hôpitaux qui se livrent à cet exercice. 

    En ce moment où les esprits sont tendus, il vaut mieux mettre les choses au clair : : l' IVG a été approuvée - il est inutile d' évoquer un acte illégal ou criminel. 
    Les périphériques de dieudonné sont anti-IVG (Soral) - et ils sont nerveux.
    avatar
    Flavius



    Messages : 5276
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Flavius le Mar 21 Jan 2014 - 21:38

    maadim27 a écrit:


    Ce sujet revient s'emboiter dans les autres sorties des extrémistes radicaux : ceux qui veulent empêcher un spectacle, l' IVG et autres .... ce sont des trublions qui finissent par mettre le souk dans un pays. 
    Les "civitas" sont des plus actifs - mais il n'y a pas qu'eux.  

    Des médecins anti-IVG en venaient à s'enchainer à un radiateur devant la salle d'op' -- ceci pour le côté spectaculaire -
    Il y a aussi les menaces envoyées aux hôpitaux qui se livrent à cet exercice. 

    En ce moment où les esprits sont tendus, il vaut mieux mettre les choses au clair : : l' IVG a été approuvée - il est inutile d' évoquer un acte illégal ou criminel. 
    Les périphériques de dieudonné sont anti-IVG (Soral) - et ils sont nerveux.


    Et pourtant, rien ne dit que la mère de Soral ne regrette pas avoir avorté en son temps...
    avatar
    maadim27



    Messages : 2868
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : dans mes baskets

    Re: L'avortement en question ?

    Message par maadim27 le Mar 21 Jan 2014 - 22:22

    Flavius a écrit:


    Et pourtant, rien ne dit que la mère de Soral ne regrette pas avoir avorté en son temps...

    Pauvre femme, je la plains d'avoir un tel fils.
    avatar
    Flavius



    Messages : 5276
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Flavius le Mar 21 Jan 2014 - 22:28

    maadim27 a écrit:

    Pauvre femme, je la plains d'avoir un tel fils.

    Dans la famille Soral : la soeur :


    La comédienne, sœur du sulfureux pamphlétaire, ne veut pas porter un nom qui devient synonyme de haine.

    Vous tenez à réhabiliter votre nom, pourquoi ?

    - Je ne côtoie plus mon frère depuis des années et par Alain, le nom "Soral" est en train de devenir un adjectif qualificatif pour désigner la haine et une idéologie que je ne partage pas. Je ne peux pas l’accepter !

    J’aimerais donc que par respect de mon existence dans les médias depuis quarante ans en tant qu’"Agnès Soral" et de mes engagements humanistes, les gens et les journalistes aient la délicatesse et s’appliquent à systématiquement mettre le prénom d’Alain pour éviter l’amalgame qui m’est préjudiciable professionnellement et dans ma vie.

    Symboliquement, on me tue !

    Pour info, Soral est aussi une commune suisse et un village du canton de Genève ! Le terme "soralien" désigne en réalité les habitants de cette commune et non, comme on le dit sur le web et dans la presse, les adeptes des idées de mon frère que l’on nomme "les idées soraliennes". En plus de moi, on insulte des gens d’une commune tranquille. Je me permets donc de préciser ce point.

    le nom ’Soral’ est en train de devenir un adjectif qualificatif pour désigner la haine et une idéologie que je ne partage pas. Je ne peux pas l’accepter !"

    En 1991, le pseudonyme de mon frère était ABS... Il souffrait de ne pas être connu et m’a demandé de l’aider pour vendre ses premiers livres qui n’avaient, à l’époque, rien de subversif. J’étais connue, j’avais déjà un nom, il ne lui restait qu’à se faire un prénom. Il est devenu Alain Soral. Mon nom à l’origine était Bonnet, originaire de Soral. Ce qui a donné le nom d’usage "Bonnet de Soral", que portent les papiers de mon frère. Depuis 1976, pour le film "un moment d’égarement", de Claude Berri, "Agnès Soral" est devenu mon pseudo. Et on m’appelait souvent sans mon prénom et mon frère le sait. C’est vers 1990 que j’ai fait des démarches pour que, avec la loi Germinal, mes papiers d’identité soient au nom d’Agnès Soral.

    Une autre précision, notre grand-père ne s’appelait pas Solal qui a été changé en Soral comme le prétend mon frère dans une vidéo en ligne. Il y ment avec aplomb. Et cela montre qu’Alain est prêt à dire n’importe quoi pourvu que ça mousse .

    Pourquoi vouloir préciser cela ? Votre nom devient-il un handicap ?

    - Vous auriez envie de vous appeler Agnès Hitler ? J’ai un projet de documentaire-fiction au Venezuela. Mais je viens de recevoir une lettre du producteur qui me demande de justifier ma présence sur le film. L’ambassade de France là-bas a répondu que les autorités refusent de me donner l’autorisation ...

    Je vous cite un extrait du mail du producteur français : "Suite à l’actualité intense de ces derniers jours concernant le soi-disant spectacle de Dieudonné et les propos engagés et négationnistes de ton frère Alain Soral , le gouvernement vénézuélien nous demande de justifier ta présence dans le film. En effet, il ne souhaite pas assimiler le nom de Soral à l’existence d’un film qu’il soutient et qui mettra notamment en avant les spécificités culturelles du Venezuela avec des propos d’une personne dont il réfute totalement l’existence."

    Le gouvernement vénézuélien nous demande de justifier ta présence sur le film. Il ne souhaite pas assimiler le nom de Soral à un film qu’il soutient"

    Heureusement, le producteur me soutient auprès de l’ambassade de France là-bas. Mais le pire dans cette histoire, c’est que mon frère sera ravi d’apprendre que sa notoriété dépasse les frontières.

    Comment expliquez-vous que votre frère soit devenu aussi connu ?

    - Par l’outil du Web, par sa provocation dans ses vidéos et son acharnement à y arriver. Il est prêt à tout pour être célèbre. Même à provoquer le chaos . Il est intelligent, il a un talent d’orateur. Et je crois que refuser de le recevoir dans les médias et à la télé a eu un effet contre-productif. Peu à peu, il a construit sur la toile un discours de plus en plus radical. On aurait dû lui opposer des intellectuels ou des spécialistes, et des sages. Il a pu dire en vidéo ce qu’il voulait sans détracteur en face, ou peu.

    Il a une bonne dialectique... C’est dommage qu’il ne soit pas avocat, car il défend souvent l’indéfendable. Actuellement, il gâche son talent car il a aussi des qualités. Et la griserie du succès et sa vanité ne vont pas arranger la situation.

    Appeler une association "Egalité et Réconciliation" pour tenir des discours haineux, je trouve ça tristement risible... C’est d’un cynisme ! Il a même eu le mauvais goût de faire une " quenelle à Berlin ", au mémorial de la Shoah juste pour faire le buzz ! Et gagner sa petite compète avec Dieudo.

    Ce problème, vous ne pouvez pas simplement lui en parler ?

    - On ne se voit plus depuis des années et il a changé de portable. C’est pour cela que je suis sortie de ma réserve car il déconne. Il divise le peuple de la communauté française. Ce n’est pas constructif et il fait du mal à la France . J’espère qu’il va se calmer.

    Propos recueillis par Anthime Verdier – Le Nouvel Observateur

    Publié le 16-01-2014 à 14h33 Le Nouvel Observateur
    avatar
    maadim27



    Messages : 2868
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : dans mes baskets

    Re: L'avortement en question ?

    Message par maadim27 le Mar 21 Jan 2014 - 23:13

    Flavius a écrit:

    Dans la famille Soral : la soeur :


    La comédienne, sœur du sulfureux pamphlétaire, ne veut pas porter un nom qui devient synonyme de haine.

    Vous tenez à réhabiliter votre nom, pourquoi ?

    - Je ne côtoie plus mon frère depuis des années et par Alain, le nom "Soral" est en train de devenir un adjectif qualificatif pour désigner la haine et une idéologie que je ne partage pas. Je ne peux pas l’accepter !

    J’aimerais donc que par respect de mon existence dans les médias depuis quarante ans en tant qu’"Agnès Soral" et de mes engagements humanistes, les gens et les journalistes aient la délicatesse et s’appliquent à systématiquement mettre le prénom d’Alain pour éviter l’amalgame qui m’est préjudiciable professionnellement et dans ma vie.

    Symboliquement, on me tue !

    Pour info, Soral est aussi une commune suisse et un village du canton de Genève ! Le terme "soralien" désigne en réalité les habitants de cette commune et non, comme on le dit sur le web et dans la presse, les adeptes des idées de mon frère que l’on nomme "les idées soraliennes". En plus de moi, on insulte des gens d’une commune tranquille. Je me permets donc de préciser ce point.

    le nom ’Soral’ est en train de devenir un adjectif qualificatif pour désigner la haine et une idéologie que je ne partage pas. Je ne peux pas l’accepter !"

    En 1991, le pseudonyme de mon frère était ABS... Il souffrait de ne pas être connu et m’a demandé de l’aider pour vendre ses premiers livres qui n’avaient, à l’époque, rien de subversif. J’étais connue, j’avais déjà un nom, il ne lui restait qu’à se faire un prénom. Il est devenu Alain Soral. Mon nom à l’origine était Bonnet, originaire de Soral. Ce qui a donné le nom d’usage "Bonnet de Soral", que portent les papiers de mon frère. Depuis 1976, pour le film "un moment d’égarement", de Claude Berri, "Agnès Soral" est devenu mon pseudo. Et on m’appelait souvent sans mon prénom et mon frère le sait. C’est vers 1990 que j’ai fait des démarches pour que, avec la loi Germinal, mes papiers d’identité soient au nom d’Agnès Soral.

    Une autre précision, notre grand-père ne s’appelait pas Solal qui a été changé en Soral comme le prétend mon frère dans une vidéo en ligne. Il y ment avec aplomb. Et cela montre qu’Alain est prêt à dire n’importe quoi pourvu que ça mousse .

    Pourquoi vouloir préciser cela ? Votre nom devient-il un handicap ?

    - Vous auriez envie de vous appeler Agnès Hitler ? J’ai un projet de documentaire-fiction au Venezuela. Mais je viens de recevoir une lettre du producteur qui me demande de justifier ma présence sur le film. L’ambassade de France là-bas a répondu que les autorités refusent de me donner l’autorisation ...

    Je vous cite un extrait du mail du producteur français : "Suite à l’actualité intense de ces derniers jours concernant le soi-disant spectacle de Dieudonné et les propos engagés et négationnistes de ton frère Alain Soral , le gouvernement vénézuélien nous demande de justifier ta présence dans le film. En effet, il ne souhaite pas assimiler le nom de Soral à l’existence d’un film qu’il soutient et qui mettra notamment en avant les spécificités culturelles du Venezuela avec des propos d’une personne dont il réfute totalement l’existence."

    Le gouvernement vénézuélien nous demande de justifier ta présence sur le film. Il ne souhaite pas assimiler le nom de Soral à un film qu’il soutient"

    Heureusement, le producteur me soutient auprès de l’ambassade de France là-bas. Mais le pire dans cette histoire, c’est que mon frère sera ravi d’apprendre que sa notoriété dépasse les frontières.

    Comment expliquez-vous que votre frère soit devenu aussi connu ?

    - Par l’outil du Web, par sa provocation dans ses vidéos et son acharnement à y arriver. Il est prêt à tout pour être célèbre. Même à provoquer le chaos . Il est intelligent, il a un talent d’orateur. Et je crois que refuser de le recevoir dans les médias et à la télé a eu un effet contre-productif. Peu à peu, il a construit sur la toile un discours de plus en plus radical. On aurait dû lui opposer des intellectuels ou des spécialistes, et des sages. Il a pu dire en vidéo ce qu’il voulait sans détracteur en face, ou peu.

    Il a une bonne dialectique... C’est dommage qu’il ne soit pas avocat, car il défend souvent l’indéfendable. Actuellement, il gâche son talent car il a aussi des qualités. Et la griserie du succès et sa vanité ne vont pas arranger la situation.

    Appeler une association "Egalité et Réconciliation" pour tenir des discours haineux, je trouve ça tristement risible... C’est d’un cynisme ! Il a même eu le mauvais goût de faire une " quenelle à Berlin ", au mémorial de la Shoah juste pour faire le buzz ! Et gagner sa petite compète avec Dieudo.

    Ce problème, vous ne pouvez pas simplement lui en parler ?

    - On ne se voit plus depuis des années et il a changé de portable. C’est pour cela que je suis sortie de ma réserve car il déconne. Il divise le peuple de la communauté française. Ce n’est pas constructif et il fait du mal à la France . J’espère qu’il va se calmer.

    Propos recueillis par Anthime Verdier – Le Nouvel Observateur

    Publié le 16-01-2014 à 14h33 Le Nouvel Observateur


    Pauvre femme  ! 
    Je me trouvais dans la même pièce qu'elle, un jour : elle a passé son temps à se justifier de porter le nom de Soral.
    Elle savait que sa carrière était en train de basculer par sa faute - Pour une personne du showbiz, elle paraissait en retrait. 

    De plus, il a joué sur son homonyme, le très romantique Julien Soral pour avancer. Il fait feu de tout bois et il n'a aucun scrupule. 

    En fait, je crois qu'il souffre de n'avoir pas eu de véritables contradicteurs : il aurait été reconnu par des pairs.
    D'un autre côté, il a ce qu'il mérite : le mépris par le silence - Aucun penseur ne souhaite discuter avec cet énergumène. Son plaisir est d'envoyer l' adversaire au tapis. Si ça vous rappelle quelqu'un..... 

    A chaque génération son croquemitaine .

    anita 12



    Messages : 179
    Date d'inscription : 10/01/2014

    Re: L'avortement en question ?

    Message par anita 12 le Mer 22 Jan 2014 - 5:15

    Flavius a écrit:


    Et pourtant, rien ne dit que la mère de Soral ne regrette pas avoir avorté en son temps...

    en tout cas sa sœur peut être !


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    Quant a l'avortement le légaliser était evidemment une avancée a ne pas remettre en question , mais c'est quand même un traumatisme qui peut aujourd'hui être évité avec tous les modes de contraception mis a disposition , et je trouve ( comme pour la chirurgie esthétique ) qu'un moment de réflexion ne serait pas si mal , plutôt que d'y aller avec autant de désinvolture que d’aller chez le coiffeur ! Je n'ai pas compris pourquoi ce sujet revenait sur le tapis , font ils exprès d’attiser toutes les braises pour mettre tous les français dans la rue ? le risque est grand vu l'impopularité de ce gouvernement qui a quand même la chance d''être de gauche et avoir pas mal de syndicats et de médias de son coté ! car si un gouvernement de droite avait fait le 1/4 de ce que celui ci a fait , les manifs n'auraient jamais cessé !
    avatar
    cristaline



    Messages : 3178
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 66

    Re: L'avortement en question ?

    Message par cristaline le Mer 22 Jan 2014 - 9:36

    anita 12 a écrit:

    en tout cas sa sœur peut être !


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    Quant a l'avortement le légaliser était  evidemment une avancée a ne pas remettre en question , mais c'est quand même un traumatisme qui peut aujourd'hui être évité avec tous les modes de contraception mis a disposition   , et je trouve ( comme pour la chirurgie esthétique ) qu'un moment de réflexion ne serait pas si mal , plutôt que d'y aller avec autant de désinvolture que  d’aller chez le coiffeur ! Je n'ai pas compris pourquoi ce sujet revenait sur le tapis , font ils exprès d’attiser toutes les braises pour mettre tous les français dans la rue ? le risque est grand vu l'impopularité de ce gouvernement qui a quand même la chance d''être de gauche et avoir pas mal de syndicats et de médias de son coté ! car si un gouvernement de droite avait fait le 1/4 de ce que celui ci a fait , les manifs n'auraient jamais cessé !



    Mille fois d'accord !!!

    Une de mes nièces travaillait à l'hôpital saint Antoine comme infirmière, elle me disait qu'elle en voyait arriver certaines plusieurs fois, et même un nombre impressionnant de fois, ce qui était, au passage, dangereux pour elle !

    Je n'aime pas l'expression "droit à disposer de son corps"....Pour ma part, le réflexion est la suivante : à partir de quel moment précis peut-on affirmer qu'un foetus est ou non, destiné à vivre ? Embryon, pour moi, = vie, qu'on le veuille ou non...Je me souviens combien j'étais submergée d'émotion, quand, à trois semaines de grossesse, je voyais un petit coeur battre en moi, à l'échographie....

    Pour autant, je ne juge absolument pas les personnes qui y ont recours, ni les motifs qui les conduisent à avorter, je ne sais pas du tout ce que j'aurais fait, moi, si j'avais eu à subir une grossesse non désirée...Le fait que cela soit autorisé et pratiqué en milieu hospitalier est évidemment un progrès, par rapport à l'époque des "faiseuses d'ange"

    Mais je pense qu'il y a des lacunes en matière d'éducation sexuelle, et recourir à la contraception me semble préférable...

    avatar
    tbouboui



    Messages : 553
    Date d'inscription : 13/01/2014

    Re: L'avortement en question ?

    Message par tbouboui le Mer 22 Jan 2014 - 15:03

    cristonne a écrit:



    Mille fois d'accord !!!

    Une de mes nièces travaillait à l'hôpital saint Antoine comme infirmière, elle me disait qu'elle en voyait arriver certaines plusieurs fois, et même un nombre impressionnant de fois, ce qui était, au passage, dangereux pour elle !

    Je n'aime pas l'expression "droit à disposer de son corps"....Pour ma part, le réflexion est la suivante : à partir de quel moment précis peut-on affirmer qu'un foetus est ou non, destiné à vivre ? Embryon, pour moi, = vie, qu'on le veuille ou non...Je me souviens combien j'étais submergée d'émotion, quand, à trois semaines de grossesse, je voyais un petit coeur battre en moi, à l'échographie....

    Pour autant, je ne juge absolument pas les personnes qui y ont recours, ni les motifs qui les conduisent à avorter, je ne sais pas du tout ce que j'aurais fait, moi, si j'avais eu à subir une grossesse non désirée...Le fait que cela soit autorisé et pratiqué en milieu hospitalier est évidemment un progrès, par rapport à l'époque des "faiseuses d'ange"

    Mais je pense qu'il y a des lacunes en matière d'éducation sexuelle, et recourir à la contraception me semble préférable...


    Oui !... Merci Cristonne et Anita de remettre un peu de profondeur dans la réflexion !.....Même si je suis pour l'avortement dans certains cas, il n'est tout de même pas un moyen contraceptif !
    On donne un permis de tuer qu'on le veuille ou non....
    Car qui est capable en effet de dire quand commence la vie ?
    Tu as raison Cristonne, regarder les images "in utero", vaut mieux que tous les discours !....
    avatar
    maadim27



    Messages : 2868
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : dans mes baskets

    Re: L'avortement en question ?

    Message par maadim27 le Mer 22 Jan 2014 - 16:11

    tbouboui a écrit:

    Oui !... Merci Cristonne et Anita de remettre un peu de profondeur dans la réflexion !.....Même si je suis pour l'avortement dans certains cas, il n'est tout de même pas un moyen contraceptif !
    On donne un permis de tuer qu'on le veuille ou non....
    Car qui est capable en effet de dire quand commence la vie ?
    Tu as raison Cristonne, regarder les images "in utero", vaut mieux que tous les discours !....


    Les médecins siégeant au comité d'éthique ont statué : avant la dixième semaine, on ne peut pas parler de vie 
    pleinement.
    Mais ce respect pour la vie a des contreparties fâcheuses : le déni de grossesse par exemple. 
    Cela se produit plus souvent que la presse ne le relate. 
    Que vaut-il mieux ? Subir une grossesse et un accouchement non désirés ? Accoucher puis se débarrasser du nourrisson ?
    L' IVG permet de résoudre les difficultés liées à la grossesse chez la mineure, chez une femme violée ou quand le foetus est à risque - 

    Quand je vois des familles nombreuses, 9 ou 10 enfants, je ne peux m'empêcher de penser que le mec exhibe ses prouesses d'étalon. 
    Il tire et il fait mouche à tous les coups. Ce n'est plus de l'ordre du respect de la vie mais de la vanité. 
    Quant au physique de l'épousée, là, par contre, je préfère ne pas y penser.
    avatar
    Moiself



    Messages : 6913
    Date d'inscription : 17/12/2013
    Age : 99

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Moiself le Mer 22 Jan 2014 - 16:34

    cristonne a écrit:



    Mille fois d'accord !!!

    Une de mes nièces travaillait à l'hôpital saint Antoine comme infirmière, elle me disait qu'elle en voyait arriver certaines plusieurs fois, et même un nombre impressionnant de fois, ce qui était, au passage, dangereux pour elle !

    Je n'aime pas l'expression "droit à disposer de son corps"....Pour ma part, le réflexion est la suivante : à partir de quel moment précis peut-on affirmer qu'un foetus est ou non, destiné à vivre ? Embryon, pour moi, = vie, qu'on le veuille ou non...Je me souviens combien j'étais submergée d'émotion, quand, à trois semaines de grossesse, je voyais un petit coeur battre en moi, à l'échographie....

    Pour autant, je ne juge absolument pas les personnes qui y ont recours, ni les motifs qui les conduisent à avorter, je ne sais pas du tout ce que j'aurais fait, moi, si j'avais eu à subir une grossesse non désirée...Le fait que cela soit autorisé et pratiqué en milieu hospitalier est évidemment un progrès, par rapport à l'époque des "faiseuses d'ange"

    Mais je pense qu'il y a des lacunes en matière d'éducation sexuelle, et recourir à la contraception me semble préférable...


    Je n'ai pas trop d'avis sur la vie d'un foetus. D'autant que nous avons un gros handicap, nous n'avons ressenti le fait de sentir une vie en nous, comme tu le dis et Tbouboui aussi. J'imagine que ça doit être une émotion intense.

    Néanamoins, l'avortement pour moi est toujours un échec. Mais d'accord de le pratiquer chez des gamines immatures, si le foetus est certain de naître légume car c'est deux vies bousillées dans la plupart des cas.
    En cas de viol évidemment, comment demander à une femme d'élever le fruit du crime d'un salopard ?
    avatar
    Azalee



    Messages : 7360
    Date d'inscription : 09/01/2014
    Age : 101

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Azalee le Mer 22 Jan 2014 - 17:13

    maadim27 a écrit:


    Les médecins siégeant au comité d'éthique ont statué : avant la dixième semaine, on ne peut pas parler de vie 
    pleinement.
    Mais ce respect pour la vie a des contreparties fâcheuses : le déni de grossesse par exemple. 
    Cela se produit plus souvent que la presse ne le relate. 
    Que vaut-il mieux ? Subir une grossesse et un accouchement non désirés ? Accoucher puis se débarrasser du nourrisson ?
    L' IVG permet de résoudre les difficultés liées à la grossesse chez la mineure, chez une femme violée ou quand le foetus est à risque - 

    Quand je vois des familles nombreuses, 9 ou 10 enfants, je ne peux m'empêcher de penser que le mec exhibe ses prouesses d'étalon. 
    Il tire et il fait mouche à tous les coups. Ce n'est plus de l'ordre du respect de la vie mais de la vanité. 
    Quant au physique de l'épousée, là, par contre, je préfère ne pas y penser.
    En effet, les médecins estiment que la vie commence au moment où le système nerveux est complet ce qui est la condition indispensable à la survie de l'ambryon.
    De toute façon, le droit à l'avortement est indispensable et personne n'est obligé d'y recourir.
    avatar
    maadim27



    Messages : 2868
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : dans mes baskets

    Re: L'avortement en question ?

    Message par maadim27 le Mer 22 Jan 2014 - 17:57

    Azhalee a écrit:
    En effet, les médecins estiment que la vie commence au moment où le système nerveux est complet ce qui est la condition indispensable à la survie de l'ambryon.
    De toute façon, le droit à l'avortement est indispensable et personne n'est obligé d'y recourir.


    En effet, personne n'est obligé d'y avoir recours . 
    Sauf comme l'une d'entre vous l'a signalé : pour des motifs culturels. 
    C'est beced -- ? 
    Là il faut agir vite - la parturiente en herbe vit sous la contrainte et ne dispose d'elle qu' a minima. 
    IVG ou accouchement, il y aura un traumatisme. 

    Faut pas croire : c'est vrai qu'on ne ressentira jamais - enfin, pas tout de suite - ce qu'est être enceinte - mais on pense à certaines choses.
    Epouser (?) une mineure .... 
    Contraindre une femme.....  
    >>>> ça passe mal.
    avatar
    Flavius



    Messages : 5276
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Flavius le Mer 22 Jan 2014 - 18:07

    anita 12 a écrit:

    en tout cas sa sœur peut être !


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    Quant a l'avortement le légaliser était  evidemment une avancée a ne pas remettre en question , mais c'est quand même un traumatisme qui peut aujourd'hui être évité avec tous les modes de contraception mis a disposition   , et je trouve ( comme pour la chirurgie esthétique ) qu'un moment de réflexion ne serait pas si mal , plutôt que d'y aller avec autant de désinvolture que  d’aller chez le coiffeur ! Je n'ai pas compris pourquoi ce sujet revenait sur le tapis , font ils exprès d’attiser toutes les braises pour mettre tous les français dans la rue ? le risque est grand vu l'impopularité de ce gouvernement qui a quand même la chance d''être de gauche et avoir pas mal de syndicats et de médias de son coté ! car si un gouvernement de droite avait fait le 1/4 de ce que celui ci a fait , les manifs n'auraient jamais cessé !


    Je serai assez d'accord avec vous anita. En affirmant que la femme doit pouvoir faire ce qu'elle veut de son corps, cela signifie aussi que, pour moi, c'est avant tout une affaire de femme.
    Pour ma part je fais confiance à celle-ci pour faire ce qu'elle a affaire librement et de façon responsable.

    Qu'il me soit néanmoins permis de m'interroger en tant que citoyen français...et contribuable de surcroît.
    Je pense que depuis 18 mois, on assiste à un réel enfumage par des problèmes de société qu'on a bizarrement réveillés, alors que les Français demandent à ce que nos hommes politiques se mobilisent pour les vrais problèmes auxquels notre pays est confronté. Ils n'ont cure de la couleur de papier hygiénique que l'on doit utiliser, comme par exemple la vitesse sur les routes secondaires ou l'épaisseur acceptable des peaux de saucisson. Je ne porte pas de jugement là-dessus, même si j'ai bien sûr mon avis sur le sujet. Je dis que les Français attendent autre chose de leur classe politique. Le Titanic français coule et le capitaine demande aux passagers s'ils souhaitent qu'on change le décor de leur cabine...

    Je pense que la loi Veil en l'état, offre un parfait équilibre. Il me semblait donc inutile de revenir dessus.
    Mais je pose un problème : le remboursement de l'avortement était justifié par la clause de détresse justement. En enlevant cette clause, d'aucuns ne manqueront pas dans ses conditions de remettre en cause son remboursement. L'arroseur arrosé en quelque sorte.

    En écoutant les femmes, cette opération n'est pas une opération comme les autres. Elle peut même être traumatisante. Il ne faudrait pas qu'en banalisant cet acte, on envoie aux jeunes femmes le message selon lequel elles peuvent le considérer comme un moyen de contraception de plus.

    N'est-ce pas le candidat-président Hollande qui nous a proclamé haut et fort que lui président, il ne clivera pas les Français comme son prédécesseur. Qu'est-ce qu'ils peuvent être blagueurs ces hommes politiques !
    avatar
    tbouboui



    Messages : 553
    Date d'inscription : 13/01/2014

    Re: L'avortement en question ?

    Message par tbouboui le Mer 22 Jan 2014 - 18:55

    maadim27 a écrit:


    En effet, personne n'est obligé d'y avoir recours . 
    Sauf comme l'une d'entre vous l'a signalé : pour des motifs culturels. 
    C'est beced -- ? 
    Là il faut agir vite - la parturiente en herbe vit sous la contrainte et ne dispose d'elle qu' a minima. 
    IVG ou accouchement, il y aura un traumatisme. 

    Faut pas croire : c'est vrai qu'on ne ressentira jamais - enfin, pas tout de suite - ce qu'est être enceinte - mais on pense à certaines choses.
    Epouser (?) une mineure .... 
    Contraindre une femme.....  
    >>>> ça passe mal.






    Oui ! tout cela est vrai, c'est pourquoi,je suis POUR l'avortement (tant pis pour le terme Secret ).... Cependant, je pense que nous revenons sans cesse à la NON éducation....
    En particulier, l'éducation sexuelle qui passe aussi par cette chose extraordinaire ....Qu'avoir une relation sexuelle peut déboucher (hum!) sur une grossesse.....
    Encore une fois...Montrer la vie in utéro dès qu'il y a fécondation évite toute discussion......Les images plus fortes que les mots ?....là...Oui.....  
    avatar
    PERPETUELLE1



    Messages : 120
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 63
    Localisation : Normandie

    Re: L'avortement en question ?

    Message par PERPETUELLE1 le Mer 22 Jan 2014 - 20:09

    Flavius a écrit:


    Je serai assez d'accord avec vous anita. En affirmant que la femme doit pouvoir faire ce qu'elle veut de son corps, cela signifie aussi que, pour moi, c'est avant tout une affaire de femme.
    Pour ma part je fais confiance à celle-ci pour faire ce qu'elle a affaire librement et de façon responsable.

    Qu'il me soit néanmoins permis de m'interroger en tant que citoyen français...et contribuable de surcroît.
    Je pense que depuis 18 mois, on assiste à un réel enfumage par des problèmes de société qu'on a bizarrement réveillés, alors que les Français demandent à ce que nos hommes politiques se mobilisent pour les vrais problèmes auxquels notre pays est confronté. Ils n'ont cure de la couleur de papier hygiénique que l'on doit utiliser, comme par exemple la vitesse sur les routes secondaires ou l'épaisseur acceptable des peaux de saucisson. Je ne porte pas de jugement là-dessus, même si j'ai bien sûr mon avis sur le sujet. Je dis que les Français attendent autre chose de leur classe politique. Le Titanic français coule et le capitaine demande aux passagers s'ils souhaitent qu'on change le décor de leur cabine...

    Je pense que la loi Veil en l'état, offre un parfait équilibre. Il me semblait donc inutile de revenir dessus.
    Mais je pose un problème : le remboursement de l'avortement était justifié par la clause de détresse justement. En enlevant cette clause, d'aucuns ne manqueront pas dans ses conditions de remettre en cause son remboursement.  L'arroseur arrosé en quelque sorte.

    En écoutant les femmes, cette opération n'est pas une opération comme les autres. Elle peut même être traumatisante. Il ne faudrait pas qu'en banalisant cet acte, on envoie aux jeunes femmes le message selon lequel elles peuvent le considérer comme un moyen de contraception de plus.

    N'est-ce pas le candidat-président Hollande qui nous a proclamé haut et fort que lui président, il ne clivera pas les Français comme son prédécesseur. Qu'est-ce qu'ils peuvent être blagueurs ces hommes politiques !

    La clause de détresse n'a aucun sens à mes yeux, car une femme qui ne désire pas cet enfant sera de toute façon en état de détresse. Vous imaginez- vous une jeune fille allant au planing familial avec une bouteille de champ pour féter ça?  Sorry Ok! Je force le trait. Commencer à torturer moralement une femme pour savoir si elle mérite plus qu'une autre d'avoir son ivg remboursée, et là, je n'imagine même pas le traumatisme. Les femmes en subissent assez comme ça! Quand elles se font violer aussi, raconter les détails sordides, ect.... Fichons leur la paix. Cà ne coûte pas beaucoup plus cher qu'une cure thermale pour séniors arthrosiques! affraid Timide Et il y a moins d'avortements j'en suis sûre que de cures de rajeunissement.  Peureux En plus, c'est la double peine pour elles, puisqu'elles n'ont m^me pas droit à un arrêt maladie alors qu'elles subissent une intervention chirurgicale!!!! A mon avis, c'est voulu. Comme ça; elles n'ont pas envie d'y retourner 2 fois, si je puis dire! Quand aux hommes qui sont contre l'avortement, je leur suggère de prendre en charge l'enfant et de l'élever seul, sans aide, comme les filles mères. (ça, c'est mon côté féministe.)
    avatar
    Flavius



    Messages : 5276
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Flavius le Mer 22 Jan 2014 - 20:30

    La clause de détresse n'a aucun sens à mes yeux, car une femme qui ne désire pas  cet enfant sera de toute façon en état de détresse. Vous imaginez- vous une jeune fille allant au planing familial avec une bouteille de champ pour féter ça?  Sorry Ok! Je force le trait. Commencer à torturer moralement une femme pour savoir si elle mérite plus qu'une autre d'avoir son ivg remboursée, et là, je n'imagine même pas le traumatisme. Les femmes en subissent assez comme ça! Quand elles se font violer aussi, raconter les détails sordides, ect.... Fichons leur la paix. Cà ne coûte pas beaucoup plus cher qu'une cure thermale pour séniors arthrosiques! affraid Timide Et il y a moins d'avortements j'en suis sûre que de cures de rajeunissement.  Peureux En plus, c'est la double peine pour elles, puisqu'elles n'ont m^me pas droit à un arrêt maladie alors qu'elles subissent une intervention chirurgicale!!!! A mon avis, c'est voulu. Comme ça; elles n'ont pas envie d'y retourner 2 fois, si je puis dire! Quand aux hommes qui sont contre l'avortement, je leur suggère de prendre en charge l'enfant et de l'élever seul, sans aide, comme les filles mères. (ça, c'est mon côté féministe.)


    225 000 femmes se font avorter chaque année en France

    Ce chiffre est stable depuis une vingtaine d'années, selon la Dress. La majorité des IVG concerne les femmes de 20 à 24 ans.

    "L'évolution quasi parallèle du nombre d'IVG et du nombre de naissances observée depuis vingt ans se poursuit, traduisant une relative stabilité de la propension à interrompre une grossesse", écrit la Drees, le service statistique des ministères sociaux.  

    On compte grosso modo ces dernières années 800 000 naissances par an pour 200 000 avortements. En chiffres absolus, "ce sont plus de 225 000 IVG qui ont été pratiquées en 2010 en France" dont 13 100 outre-mer. Mais il convient de rapporter ces chiffres au nombre de femmes en âge de procréer, qui varie d'une année sur l'autre.  
    Pourquoi une hausse constante des IVG des mineures ?

    Le chiffre des jeunes fille augmente.
    "C’est un sujet dont tout le monde se fout, tonne Israël Nisand, parce que cela concerne des jeunes filles démunies, et qu’il n’y a pas d’enjeu électoral. Pire, ça fait perdre les voix des traditionalistes." La France est un pays paradoxal. Alors que les solutions de "crise" comme l’IVG ou la pilule du lendemain bénéficient de la gratuité et de la confidentialité pour les mineures, ce n’est pas le cas des mesures de prévention, c’est-à-dire de la contraception. Seules des associations comme le Planning familial délivrent la pilule gratuite et anonyme. Mais leurs moyens sont insuffisants, et leur répartition territoriale inégale. S’y ajoute l’impossibilité pour elles de s’implanter dans une zone trop visible, comme au cœur d’une cité, les jeunes filles qui s’y rendent ayant trop peur de se faire repérer.

    Autre retard français : l’information sur la sexualité à l’école, objet de programmes donnant d’excellents résultats en Suisse, au Québec ou en Hollande. En France, il existe une loi, de juillet 2001, mais elle est très faiblement appliquée. Entre 2009 et 2011, la proportion des 15-24 ans ayant eu une relation avec un nouveau partenaire sans aucune contraception est passée de 19% à 40%, selon une étude de l’institut GKF.
    avatar
    PERPETUELLE1



    Messages : 120
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 63
    Localisation : Normandie

    Re: L'avortement en question ?

    Message par PERPETUELLE1 le Mer 22 Jan 2014 - 21:49

    Cher Flavius, il faut convenir que ce n'est pas normal qu'il y ai autant d'IVG de nos jours.  A quoi est-ce dû? J'ai vu hier dans la nouvelle émission de Ruquier que le peu de cours sur l'éducation sexuelle donnés dans les collèges et lycées étaient trop "techniques", et pas assez centrés sur les risques de grossesse. Les garçons sont censés se protéger aussi, il ne faut pas toujours se contenter de croire que la jeune fille prend la pilule??? Nos jeunes ne dialoguent peut-être pas avant de passer à l'acte? Et les parents dans tout cela? Ont-ils suffisamment discuté du sujet avec leurs adolescents? Quoiqu'il en soit, on ne peut pas revenir en arrière sur ce sujet, ce serait trop grave! Mais quand je vois les extrêmes défiler dans la rue avec les couleurs du drapeau espagnol, je m'interroge sur les motivations de ces gens. L'avenir de nos jeunes filles n'est pas leur priorité, c'est sûr! Quand au pape qui soutient cette marche pour la vie, j'ai bien envie de lui dire que quand on fait des curés des eunuques, on ne se mèle pas du va...in des femmes!  
    avatar
    regulus



    Messages : 322
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : haute normandie

    Re: L'avortement en question ?

    Message par regulus le Mer 22 Jan 2014 - 22:05

    PERPETUELLE1 a écrit:Cher Flavius, il faut convenir que ce n'est pas normal qu'il y ai autant d'IVG de nos jours.  A quoi est-ce dû?  J'ai vu hier dans la nouvelle émission de Ruquier que le peu de cours sur l'éducation sexuelle donnés dans les collèges et lycées étaient trop "techniques", et pas assez centrés sur les risques de grossesse. Les garçons sont censés se protéger aussi, il ne faut pas toujours se contenter de croire que la jeune fille prend la pilule??? Nos jeunes ne dialoguent peut-être pas avant de passer à l'acte?  Et les parents dans tout cela? Ont-ils suffisamment discuté du sujet avec leurs adolescents? Quoiqu'il en soit, on ne peut pas revenir en arrière sur ce sujet, ce serait trop grave! Mais quand je vois les extrêmes défiler dans la rue avec les couleurs du drapeau espagnol, je m'interroge sur les motivations de ces gens. L'avenir de nos jeunes filles n'est pas leur priorité, c'est sûr! Quand au pape qui soutient cette marche pour la vie, j'ai bien envie de lui dire que quand on fait des curés des eunuques, on ne se mèle pas du va...in des femmes!  
     rire  encore une athée! sinon, pour rebondir, je pense que le choix de l'avortement doit être compliqué à mettre en place psychologiquement, je ne pense pas une seconde que les femmes qui y ont recours s'y rendent de bonne humeur, je penche plus comme d'habitude le manque d'information des parents qui refusent de voir leur enfants grandir, "j'en côtoie au moins deux" les filles, 18 ans, mais d'après les parents, elle n'est pas prête  Fou et tout ce beau monde tombe de haut quand, ho surprise, ils étaient prêts bien avant qu'ils n'osent même y songer! à présent, je suis d'accord sur le fait que de toute façon pour la jeune fille c'est la détresse assurée, aux parents aussi d'éduquer les garçons( j'en ai 2, je sais de quoi je parle) l'éducation a été faite, il faut arrêter de croire que la contraception n'est qu'une affaire de filleet là aussi, c'est mon coté féministe,et je te rejoins sur ce fait  


    _________________
     sunny 
    avatar
    Azalee



    Messages : 7360
    Date d'inscription : 09/01/2014
    Age : 101

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Azalee le Jeu 23 Jan 2014 - 0:34

    regulus a écrit:
     rire  encore une athée! sinon, pour rebondir, je pense que le choix de l'avortement doit être compliqué à mettre en place psychologiquement, je ne pense pas une seconde que les femmes qui y ont recours s'y rendent de bonne humeur, je penche plus comme d'habitude le manque d'information des parents qui refusent de voir leur enfants grandir, "j'en côtoie au moins deux" les filles, 18 ans, mais d'après les parents, elle n'est pas prête  Fou et tout ce beau monde tombe de haut quand, ho surprise, ils étaient prêts bien avant qu'ils n'osent même y songer! à présent, je suis d'accord sur le fait que de toute façon pour la jeune fille c'est la détresse assurée, aux parents aussi d'éduquer les garçons( j'en ai 2, je sais de quoi je parle) l'éducation a été faite, il faut arrêter de croire que la contraception n'est qu'une affaire de filleet là aussi, c'est mon coté féministe,et je te rejoins sur ce fait  
    Tu as raison. Bien des parents sont inconscients et ne veulent surtout pas voir leur enfant entrer dans une vie sexuelle active, leur fille à fortiori.
    Je connais une jeune fille de 18 ans qui n'osait pas demander la pilulle à sa mère (le père ça n'était même pas la peine d'y penser). Pourtant, elle soirtait avec un garçon depuis plus d'un an et il était évident qu'ils ne passaient pas leur temps à se regarder dans le blanc des yeux. C'est une tante de la jeune fille qui a fini par en parler à la mère qui les croyait sage comme des images. Tu parles !  
    Je te rejoins aussi sur la légèreté des garçon dont beaucoup pensent que c'est à la fille de prendre ses précautions.
    Et ile ne faut pas oublier aussi que les pilulles actuelles ne supportent pas le décalage horaire.
    avatar
    Flavius



    Messages : 5276
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Flavius le Jeu 23 Jan 2014 - 11:27

    PERPETUELLE1 a écrit:Cher Flavius, il faut convenir que ce n'est pas normal qu'il y ai autant d'IVG de nos jours.  A quoi est-ce dû?  J'ai vu hier dans la nouvelle émission de Ruquier que le peu de cours sur l'éducation sexuelle donnés dans les collèges et lycées étaient trop "techniques", et pas assez centrés sur les risques de grossesse. Les garçons sont censés se protéger aussi, il ne faut pas toujours se contenter de croire que la jeune fille prend la pilule??? Nos jeunes ne dialoguent peut-être pas avant de passer à l'acte?  Et les parents dans tout cela? Ont-ils suffisamment discuté du sujet avec leurs adolescents? Quoiqu'il en soit, on ne peut pas revenir en arrière sur ce sujet, ce serait trop grave! Mais quand je vois les extrêmes défiler dans la rue avec les couleurs du drapeau espagnol, je m'interroge sur les motivations de ces gens. L'avenir de nos jeunes filles n'est pas leur priorité, c'est sûr! Quand au pape qui soutient cette marche pour la vie, j'ai bien envie de lui dire que quand on fait des curés des eunuques, on ne se mèle pas du va...in des femmes!  


    Bonjour PERPETUELLE1,
    Bon, ma position sur le sujet est parfaitement claire et définitive. L'IVG est une avancée dans le libération de la femme et donc nécessaire à son épanouissement. Que de femmes qui ont raté leur vie et accumulé les problèmes familiaux pour un acte somme toute naturel !

    Maintenant prendre cet acte pour un moyen de contraception, serait dommage. Parce que derrière cette banalisation, de l'acte, existe toute un éthique, non pas de la vie, mais de ce qu'est l'homme et de son devenir. Il pose aussi la question de la création. C'est plus important qu'on ne le pense. Il ne peut y avoir de progrès pour l'homme, sans une certaine éthique.

    Les moyens de contraception doivent être privilégié et leur diffusion accessible à tous les jeunes en âge d'accueillir l'information.

    Éduquer, éduquer et encore éduquer...y compris les parents.

    On ne reviendra pas en arrière et c'est un bien.
    avatar
    maadim27



    Messages : 2868
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : dans mes baskets

    Re: L'avortement en question ?

    Message par maadim27 le Jeu 23 Jan 2014 - 14:36

    tbouboui a écrit:






    Oui ! tout cela est vrai, c'est pourquoi,je suis POUR l'avortement (tant pis pour le terme Secret ).... Cependant, je pense que nous revenons sans cesse à la NON éducation....
    En particulier, l'éducation sexuelle qui passe aussi par cette chose extraordinaire ....Qu'avoir une relation sexuelle peut déboucher (hum!) sur une grossesse.....
    Encore une fois...Montrer la vie in utéro dès qu'il y a fécondation évite toute discussion......Les images plus fortes que les mots ?....là...Oui.....  



    Ce qui me gêne dans l'éducation des kto tradi ( car ils reçoivent une véritable éducation ) , c'est la référence permanente aux préceptes religieux et bien sûr au pape.... Lui, il est supposé en savoir encore moins que moi..!!! 
    Donc, on avance sur des oeufs ( ô put''' ! j'ai pas fait exprès mais je la garde, la boulette ) quand on parle d' éducation.

    Les images toucheront les filles.... les garçons, adolescents, j'ai peur que non... Or je trouve aussi qu'il faut deux personnes pour avoir une relation et pour faire un enfant : donc deux responsables - mais les garçons mettent plus de temps à mûrir. Il faut le reconnaitre même si l'égo en prend un coup -- bien que aujourd'hui les garçons pensent 
    à protéger leurs relations. 
    Tu comprends que des parents de 16 ans, c'est un peu juste pour transmettre une éducation .... 
    Il y a plein de trucs à mettre en place - 
    dans les familles, le sujet est délicat. Toutes ne sont pas ouvertes à parler de ce sujet.
    avatar
    tbouboui



    Messages : 553
    Date d'inscription : 13/01/2014

    Re: L'avortement en question ?

    Message par tbouboui le Jeu 23 Jan 2014 - 15:13

    maadim27 a écrit:



    Ce qui me gêne dans l'éducation des kto tradi ( car ils reçoivent une véritable éducation ) , c'est la référence permanente aux préceptes religieux et bien sûr au pape.... Lui, il est supposé en savoir encore moins que moi..!!! 
    Donc, on avance sur des oeufs ( ô put''' ! j'ai pas fait exprès mais je la garde, la boulette ) quand on parle d' éducation.

    Les images toucheront les filles.... les garçons, adolescents, j'ai peur que non... Or je trouve aussi qu'il faut deux personnes pour avoir une relation et pour faire un enfant : donc deux responsables - mais les garçons mettent plus de temps à mûrir. Il faut le reconnaitre même si l'égo en prend un coup -- bien que aujourd'hui les garçons pensent 
    à protéger leurs relations. 
    Tu comprends que des parents de 16 ans, c'est un peu juste pour transmettre une éducation .... 
    Il y a plein de trucs à mettre en place - 
    dans les familles, le sujet est délicat. Toutes ne sont pas ouvertes à parler de ce sujet.


    Mais l'école est sensée éduquer  Very Happy ! ... Je crois que cela s'appelle éducation sexuelle.....
    Et si l'accent était d'avantage mis sur la vie,
    Sur l'évolution tellement rapide de "l'œuf" .... Il me semble que garçons et filles seraient sensibilisés et, au diapason en terme de compréhension ....  

    Contenu sponsorisé

    Re: L'avortement en question ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 24 Juil 2017 - 6:47