Des lettres et des news

Forum sur l'actualité et la culture


    Roman Prix des Lycéens

    Partagez
    avatar
    maadim27



    Messages : 2868
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : dans mes baskets

    Roman Prix des Lycéens

    Message par maadim27 le Jeu 26 Déc 2013 - 15:47

    Roman :
    Sensuel, douloureux, fascinant



    "Le quatrième mur"


    S. Chalandon 

    L' histoire se déroule entre deux tirs de mitrailleuse. 
    Le premier tir ; notre narrateur est ( peut-être) touché , il s'abrite dans un renfoncement - où se trouve déjà un vieux, Palestinien, qui fume jusqu'à ce que la mort le prenne. 

    Le flash back entraine le lecteur dans le Paris estudiantin, à la fin des années 60, lorsque l'on refaisait le monde selon Marx et ses avatars communistes. 
    De meeting en manif', notre narrateur raconte comment il fait la rencontre d'un camarade qui s'impose par son charme mais qui ne cherche pas les conflits tout en ne craignant pas les heurts. Il est Juif, il est Grec, il fuit la dictature des colonels. Il sait ce qu'est la liberté tant réclamée par ces jeunes gens -
    Le temps passe , permettant que s'installe l'amitié entre eux - Le narrateur finit par se marier, et même devenir père. 
    Alors, l'ami entre pour un dernier séjour à l'hôpital : il lutte contre un ennemi personnel, un cancer qui devrait l'emporter. Aussi fait-il son testament à notre rebelle sans cause : il s'est promis de faire jouer Antigone à Beyrouth.
    Il a lui-même choisi les acteurs, aucun n'est un professionnel, chacun appartient à une composante différente des populations vivant au Liban. 
    Par fidélité à la parole donnée, le narrateur part à Beyrouth.... 

    Il part construire cette utopie. 

    Mais le Quatrième mur, celui qui protège les comédiens du public, mur illusoire, va se déliter - 
    des pages poignantes par leur simplicité élaborée. 
    Antigone est magnifique jusque dans la mort. 

    Une seconde rafale clot le roman. Rideau.  



    Sitôt après avoir lu le roman, je l'ai prêté.... restent des trous et des lacunes.
    avatar
    Flavius



    Messages : 5784
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: Roman Prix des Lycéens

    Message par Flavius le Jeu 26 Déc 2013 - 17:38

    maadim27 a écrit:Roman :
    Sensuel, douloureux, fascinant



    "Le quatrième mur"


    S. Chalandon 

    L' histoire se déroule entre deux tirs de mitrailleuse. 
    Le premier tir ; notre narrateur est ( peut-être) touché , il s'abrite dans un renfoncement - où se trouve déjà un vieux, Palestinien, qui fume jusqu'à ce que la mort le prenne. 

    Le flash back entraine le lecteur dans le Paris estudiantin, à la fin des années 60, lorsque l'on refaisait le monde selon Marx et ses avatars communistes. 
    De meeting en manif', notre narrateur raconte comment il fait la rencontre d'un camarade qui s'impose par son charme mais qui ne cherche pas les conflits tout en ne craignant pas les heurts. Il est Juif, il est Grec, il fuit la dictature des colonels. Il sait ce qu'est la liberté tant réclamée par ces jeunes gens -
    Le temps passe , permettant que s'installe l'amitié entre eux - Le narrateur finit par se marier, et même devenir père. 
    Alors, l'ami entre pour un dernier séjour à l'hôpital : il lutte contre un ennemi personnel, un cancer qui devrait l'emporter. Aussi fait-il son testament à notre rebelle sans cause : il s'est promis de faire jouer Antigone à Beyrouth.
    Il a lui-même choisi les acteurs, aucun n'est un professionnel, chacun appartient à une composante différente des populations vivant au Liban. 
    Par fidélité à la parole donnée, le narrateur part à Beyrouth.... 

    Il part construire cette utopie. 

    Mais le Quatrième mur, celui qui protège les comédiens du public, mur illusoire, va se déliter - 
    des pages poignantes par leur simplicité élaborée. 
    Antigone est magnifique jusque dans la mort. 

    Une seconde rafale clot le roman. Rideau.  



    Sitôt après avoir lu le roman, je l'ai prêté.... restent des trous et des lacunes.


    Merci de nous avoir résumé ce livre, dont j'avais entendu beaucoup de bien.
    Pourtant, il me semble déjà avoir lu un livre où il était question d'une promesse faite par quelqu'un à un autre, de monter une pièce sur un théâtre d'opération impossible puisqu'il s'agissait de Gaza.
    Curieusement, c'était là encore du théâtre antique dont les acteurs et metteur en scène étaient juifs. Je ne me rappelle même plus si c'était une fiction ou une histoire réelle.
    Mais les thèmes qui consistent à mettre en présence des personnes qui seraient censées se combattre est très à la mode et un peu œcuméniques. Je ne porte pas de jugement. Ça a toujours existé. Mais ça commence à faire accrocheur, même si c'est très up to date.
    Les mouvements pour la paix sont très demandeur de ce genre d’anecdotes et ont vite fait de les prendre pour bannières et étendards.
    avatar
    maadim27



    Messages : 2868
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Localisation : dans mes baskets

    Re: Roman Prix des Lycéens

    Message par maadim27 le Jeu 26 Déc 2013 - 19:31

    Flavius a écrit:


    Merci de nous avoir résumé ce livre, dont j'avais entendu beaucoup de bien.
    Pourtant, il me semble déjà avoir lu un livre où il était question d'une promesse faite par quelqu'un à un autre, de monter une pièce sur un théâtre d'opération impossible puisqu'il s'agissait de Gaza.
    Curieusement, c'était là encore du théâtre antique dont les acteurs et metteur en scène étaient juifs. Je ne me rappelle même plus si c'était une fiction ou une histoire réelle.
    Mais les thèmes qui consistent à mettre en présence des personnes qui seraient censées se combattre est très à la mode et un peu œcuméniques. Je ne porte pas de jugement. Ça a toujours existé. Mais ça commence à faire accrocheur, même si c'est très up to date.
    Les mouvements pour la paix sont très demandeur de ce genre d’anecdotes et ont vite fait de les prendre pour bannières et étendards.

    Il s'agit d'une fiction. 
    Et puis cela a plu aux lycéens qui sont souvent très généreux, autant qu'ils sont naïfs. 
    Peut-être est-ce inspiré de la tentative menée à Gaza ? 
     L'oecuménisme de fiction correspond, peut-être, à un aveu d'impuissance face à la réalité ? 
    La vidéo postée par Pasta est saisissante : tout ce passe comme dans un rêve et pourtant.. cela en dit long sur
    le manque de bonne volonté des pauvres victimes à s'engager dans la voie de la paix. 
    Tantôt, on exorcise nos peurs par le rire, tantôt par une douce rêverie qu'il convient de maitriser, comme le fantasme. Ceci est une fiction, cela n'a rien de programmatique. D'ailleurs la fin du roman nous rappelle que la
    réalité rend le rêve impossible. 
    Mais comme on a bâti auparavant ( 'ttention, le 1° qui dit "Chinois", je lui mets 2 h de colle !) des utopies catastrophes qui sont devenues réalités, pourquoi ne pas tenter l'incantation inverse ? 
    A force de l'appeler, la paix finira par arriver.

    Remarquez que je fais partie de ceux qui privilégient la paix, pas à n'importe quel prix, mais la paix tout de même - en général.
    Les Français ne sont pas assez rigides pour affronter la dureté des combats ou des tensions. A croire que nous avons attrapé la passion du dialogue et de la négociation en aspirant notre 1° bouffée d'oxygène.
    avatar
    Flavius



    Messages : 5784
    Date d'inscription : 17/12/2013

    Re: Roman Prix des Lycéens

    Message par Flavius le Jeu 26 Déc 2013 - 19:40

    maadim27 a écrit:

    Il s'agit d'une fiction. 
    Et puis cela a plu aux lycéens qui sont souvent très généreux, autant qu'ils sont naïfs. 
    Peut-être est-ce inspiré de la tentative menée à Gaza ? 
     L'oecuménisme de fiction correspond, peut-être, à un aveu d'impuissance face à la réalité ? 
    La vidéo postée par Pasta est saisissante : tout ce passe comme dans un rêve et pourtant.. cela en dit long sur
    le manque de bonne volonté des pauvres victimes à s'engager dans la voie de la paix. 
    Tantôt, on exorcise nos peurs par le rire, tantôt par une douce rêverie qu'il convient de maitriser, comme le fantasme. Ceci est une fiction, cela n'a rien de programmatique. D'ailleurs la fin du roman nous rappelle que la
    réalité rend le rêve impossible. 
    Mais comme on a bâti auparavant ( 'ttention, le 1° qui dit "Chinois", je lui mets 2 h de colle !) des utopies catastrophes qui sont devenues réalités, pourquoi ne pas tenter l'incantation inverse ? 
    A force de l'appeler, la paix finira par arriver.

    Remarquez que je fais partie de ceux qui privilégient la paix, pas à n'importe quel prix, mais la paix tout de même - en général.
    Les Français ne sont pas assez rigides pour affronter la dureté des combats ou des tensions. A croire que nous avons attrapé la passion du dialogue et de la négociation en aspirant notre 1° bouffée d'oxygène.

    La paix ! Oui bien sûr. Mais est-ce ces hommes qui la feront ? Je veux bien être optimiste. Mais je crains que ça ne suffise pas. De plus en plus, les alliances se font et se défont, mues par des intérêts divers et très évolutifs. Regarder, grâce à l'Iran, l'Arabie Saoudite et le Qatar signent des accords d'alliance avec Israël, tant ces dernier ont la pétoche des chiites. Alors la paix...

    Contenu sponsorisé

    Re: Roman Prix des Lycéens

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 25 Sep 2017 - 2:55