Des lettres et des news

Forum sur l'actualité et la culture

Le Deal du moment :
Nike FR : 25 % sur tous les articles
Voir le deal

    Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Arlequine2
    Arlequine2

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 1602
    Date d'inscription : 24/03/2019
    Age : 66
    Localisation : Metz

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Arlequine2 le Mar 24 Mar 2020 - 17:03

    cristaline a écrit:

    Ô comme ça fait du bien de lire ça ! Dire qu'on nous serine qu'il est le "chanteur préféré des Français"....On ne m'a jamais consultée ! rire

    Je préfère, et de loin, entendre les divers avis médicaux qui se succèdent, en ce moment, ou les témoignages des soignants, plutôt que les interventions qq la praline et larmoyantes de ces "stars" (déjà, ce mot !! )
    Pas le mien non plus !!!!
    Quant aux différents avis médicaux et surtout du personnel hospitalier, cela démontre le manque de moyens mis à disposition de ces professionnels (masques entre autres) et je trouve cela plus que pitoyable !!!!!!
    Pasta
    Pasta

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 1433
    Date d'inscription : 03/09/2019
    Localisation : Dans les nuages

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Pasta le Mar 24 Mar 2020 - 17:06

    Azalee a écrit:
    Je ne dois pas être française non plus.  Shocked

      Je le suis de moins en moins !!!
     
      L'émission Les enfoirés  ,perso je l'aurai rebaptisé Les hypocrites !!! trompette
    cristaline
    cristaline

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 12506
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 69

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par cristaline le Mar 24 Mar 2020 - 17:06

    Arlequine2 a écrit:Les jours se suivent et se ressemblent, le bilan des morts liées à l'épidémie continue de grimper. les propos contradictoires du gouvernement se succèdent, quant aux fakenews ici ou là, n'en parlons pas.

    Selon les experts et le gouvernement, le nombre de cas confirmés devrait augmenter dans les jours prochains et le stade 3 de l'épidémie pourrait être bientôt annoncé.

    Très étonnée du retour de Goldman et je lui ai trouvé une voix de crécelle, comme celle que l'on entendait jadis en Lorraine pour Pâques  que les enfants avaient l'habitude de faire tinter  Sorry  Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 511002812


    Il me semble qu'il l'est déjà !

    En Italie, j'ai cru comprendre que le nombre de victimes restait stable, et, ai-je rêvé, décroissait.... Sorry
    Arlequine2
    Arlequine2

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 1602
    Date d'inscription : 24/03/2019
    Age : 66
    Localisation : Metz

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Arlequine2 le Mar 24 Mar 2020 - 17:10

    cristaline a écrit:


    Il me semble qu'il l'est déjà !   oui, autant pour moi  Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 3966895391

    En Italie, j'ai cru comprendre que le nombre de victimes restait stable, et, ai-je rêvé, décroissait.... Sorry
    Sabbatha
    Sabbatha

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 380
    Date d'inscription : 23/08/2019

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Sabbatha le Mar 24 Mar 2020 - 17:11

    cristaline a écrit:


    Il me semble qu'il l'est déjà !

    En Italie, j'ai cru comprendre que le nombre de victimes restait stable, et, ai-je rêvé, décroissait.... Sorry


    Je ne regarde plus du tout la téloche. Tant qu'à me retirer du monde autant le faire à fond!! Very Happy Voilà qui m'aura évité d'entendre Goldman.
    Pasta
    Pasta

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 1433
    Date d'inscription : 03/09/2019
    Localisation : Dans les nuages

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Pasta le Mar 24 Mar 2020 - 17:11

    cristaline a écrit:


    Il me semble qu'il l'est déjà !


    En Italie, j'ai cru comprendre que le nombre de victimes restait stable, et, ai-je rêvé, décroissait.... Sorry


     Exact ,peut être une espoir  Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 2768076984
    Ymar
    Ymar

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 12199
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 67
    Localisation : A l'Ouest

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Ymar le Mar 24 Mar 2020 - 17:16

    Personnalité préférée des Français... Pas le chanteur préféré.
    Ymar
    Ymar

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 12199
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 67
    Localisation : A l'Ouest

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Ymar le Mar 24 Mar 2020 - 17:33

    Nous respectons scrupuleusement la distanciation donnée par le fédéral, deux mètres, donc avec nos presque 7000kms d'écart nous ne sommes pas près d'infecter le forum!
    😘 PA
    MACKY
    MACKY

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 6629
    Date d'inscription : 08/06/2018
    Age : 68
    Localisation : Angers

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par MACKY le Mar 24 Mar 2020 - 17:37

    Ymar a écrit:Nous respectons scrupuleusement la distanciation donnée par le fédéral, deux mètres, donc avec nos presque 7000kms d'écart nous ne sommes pas près d'infecter le forum!
    😘 PA
     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 1635331732
    Pasta
    Pasta

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 1433
    Date d'inscription : 03/09/2019
    Localisation : Dans les nuages

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Pasta le Mar 24 Mar 2020 - 18:08

    Au fait est ce que vous savez ou les marchands ambulants de fruits et légumes vont stocker leur marchandise pendant la périodes d'interdiction ?
    Dans les congélateurs !!!!!!donc après l'interdiction faîtes attention a vos achats!!
    Hier  U , j'ai été dire a celui qui s'occupe des fruits et légumes que j'avais jeté 8 bananes, qui avaient pourri a cause d'avoir été congelées , sur les 10 acheté 4 jrs auparavant et que je n'ai pas l'intention de payer une marchandise pour ensuite la jeter
    Non mais des fois  Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 3607887026
    cristaline
    cristaline

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 12506
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 69

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par cristaline le Mar 24 Mar 2020 - 18:21

    Sabbatha a écrit:


    Je ne regarde plus du tout la téloche. Tant qu'à me retirer du monde autant le faire à fond!! Very Happy Voilà qui m'aura évité d'entendre Goldman.


    On a zappé au bout de 10 secondes
    cristaline
    cristaline

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 12506
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 69

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par cristaline le Mar 24 Mar 2020 - 18:23

    Ymar a écrit:Personnalité préférée des Français... Pas le chanteur préféré.

    Oups, pardon, en effet c'est Noah le chanteur préféré..... Sorry
    cristaline
    cristaline

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 12506
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 69

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par cristaline le Mar 24 Mar 2020 - 18:25

    MACKY a écrit:
     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 1635331732


    + 1  Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 1635331732

    rire
    Ymar
    Ymar

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 12199
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 67
    Localisation : A l'Ouest

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Ymar le Mar 24 Mar 2020 - 18:53

    Entendu plusieurs fois à la radio, le fédéral incite très fort les ressortissants Canadiens et résidents de fait, d'éviter de se rendre dans d'autres provinces ou territoires pour éviter la propagation et surtout pour pouvoir plus précisément surveiller les évolutions de la maladie car les différentes contrées ont des niveaux d'infections qui sont très variés et je crois qu'ils sous-entendent cerner plus aisément les
    clusters.
    Un tableau officiel est à dispo concernant les cas probables ou confirmés par région et il est mis à jour en continu, entrants et sortants "guéris", etc...
    L'Ontario et la Colombie Britannique sont les plus touchés, viennent ensuite l'Alberta et le Québec.
    Pasta
    Pasta

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 1433
    Date d'inscription : 03/09/2019
    Localisation : Dans les nuages

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Pasta le Mar 24 Mar 2020 - 20:21

    Very Happy

    Reprenons les faits, rien que les faits :

    - le mari d’Agnes Buzyn, Monsieur Levy, participe à l’inauguration du laboratoire P4 à Wuhan d’où le virus est parti;
    - avant cela, le même mari d’Agnes Buzyn s’est fâché avec Didier Raoult, en refusant les labels de l’INSERM au centre de recherche mondialement reputé (IHU) dirigé par le professeur Didier Raoult;
    - le professeur Didier Raoult montre que le classique médicament de la Chloroquine soigne 90% des cas de coronavirus s’ils sont dépistés assez tôt, il s’oppose au confinement généralisé des porteurs sains qu’il juge digne du Moyen-Age.
    Il prône un dépistage généralisé, et un traitement rapide avec la chloroquine, et avec confinement des seuls malades;
    - la chloroquine coûte 10 centimes le comprimé; il est sûr que les laboratoires qui financent l’Inserm cherchent des solutions bien plus coûteuses;
    - en octobre 2019, il faut savoir que Monsieur Levy, président de l’Inserm et mari de la ministre, a révoqué le statut de « fondation » des IHU, pour reprendre le contrôle sur leurs recherches - le Professeur Raoult dirige l’IHU de Marseille, et est visé directement par cette directive;
    - le 13 janvier 2020, alors que l’épidémie se répand en Chine, Agnes Buzyn classe la Chloroquine (le fameux remède) dans les substances toxiques (disponibles seulement sur ordonnance), alors que cela fait 50 ans qu’elle est en vente libre;
    - il y a quelques semaines, Agnes Buzyn a dit avoir su que ce serait une hécatombe, et qu’il n’y avait pas de remède;
    - le gouvernement de Macron fait un confinement généralisé de la population, il ne parle pas de la chloroquine;
    - il affirme que les policiers ne doivent pas porter de masques (ils ont été volés pour la plupart, et il n’y en a même pas pour les soignants);
    - il refuse le dépistage de masse, pourtant pratiqué allègrement en Corée et en Allemagne, avec succès;
    - il refuse de fermer les frontières avec les pays contaminés;
    - Le journal le Monde et l’Agence d’Etat de la santé qualifient les recherches du professeur Raoult de Fake News, avant de se rétracter;
    - le Professeur François Perrone révèle il y a quelques jours sur LCI que le stock de chloroquine de la pharmacie centrale française, a été pillé;
    - Ailleurs dans le monde, la semaine dernière, grâce à un tweet d’Elon Musk, en 48h, Donald Trump met a disposition de tous les Américains la Chloroquine;
    - Le Maroc achète les stocks de chloroquine de Sanofi à Casablanca;
    - Le Pakistan va accroître sa production de la chloroquine à destinantion de la Chine;
    - La Suisse exclut elle aussi le confinement généralisé de la population, pratique un large dépistage et traitement rapide, et accuse la France de faire de la politique spectacle;
    -La société TEVA en Israël annonce qu’elle va livrer gratuitement plus de 10 millions de doses de chloroquine aux USA;
    - Christian Estrosi, soigné lui-même à la chloroquine, sans reponse du gouvernement, a appelé directement Sanofi pour qu’ils livrent la chloroquine aux hopitaux de Nice;
    - sous le lobbying intensif du Professeur Raoult, un test à grande échelle de la chloroquine a commencé finalement en France, sous la direction de l’Inserm (!), qui veut « refaire les expérimentations dans d’autres centres médicaux independants » : ce qui prendra 6 semaines de plus... Presqu’aucun media n’en parle.

    Vous pouvez vérifier ces dires ... tout est vrai !

    Agnes Buzyn a fait perdre des mois précieux tout cela pour éviter un conflit d’intérêt!





    ps :
    C/C d'un autre forum !!




    Ps Nous attendons avec impatience de voir la Buzyn en blouse banche dans un hôpital siffle 
    Azalee
    Azalee
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 911
    Date d'inscription : 08/11/2019

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Azalee le Mar 24 Mar 2020 - 21:10

    Pasta a écrit:Very Happy

    Reprenons les faits, rien que les faits :

    - le professeur Didier Raoult montre que le classique médicament de la Chloroquine soigne 90% des cas de coronavirus s’ils sont dépistés assez tôt, il s’oppose au confinement généralisé des porteurs sains qu’il juge digne du Moyen-Age.
    Il prône un dépistage généralisé, et un traitement rapide avec la chloroquine, et avec confinement des seuls malades;
    - la chloroquine coûte 10 centimes le comprimé; il est sûr que les laboratoires qui financent l’Inserm cherchent des solutions bien plus coûteuses;

    - le 13 janvier 2020, alors que l’épidémie se répand en Chine, Agnes Buzyn classe la Chloroquine (le fameux remède) dans les substances toxiques (disponibles seulement sur ordonnance), alors que cela fait 50 ans qu’elle est en vente libre;
    - il y a quelques semaines, Agnes Buzyn a dit avoir su que ce serait une hécatombe, et qu’il n’y avait pas de remède;
    - le gouvernement de Macron fait un confinement généralisé de la population, il ne parle pas de la chloroquine;
    - il affirme que les policiers ne doivent pas porter de masques (ils ont été volés pour la plupart, et il n’y en a même pas pour les soignants);
    - il refuse le dépistage de masse, pourtant pratiqué allègrement en Corée et en Allemagne, avec succès;
    - il refuse de fermer les frontières avec les pays contaminés;
    - Le journal le Monde et l’Agence d’Etat de la santé qualifient les recherches du professeur Raoult de Fake News, avant de se rétracter;
    - le Professeur François Perrone révèle il y a quelques jours sur LCI que le stock de chloroquine de la pharmacie centrale française, a été pillé;
    - Ailleurs dans le monde, la semaine dernière, grâce à un tweet d’Elon Musk, en 48h, Donald Trump met a disposition de tous les Américains la Chloroquine;
    - Le Maroc achète les stocks de chloroquine de Sanofi à Casablanca;
    - Le Pakistan va accroître sa production de la chloroquine à destinantion de la Chine;
    - La Suisse exclut elle aussi le confinement généralisé de la population, pratique un large dépistage et traitement rapide, et accuse la France de faire de la politique spectacle;
    -La société TEVA en Israël annonce qu’elle va livrer gratuitement plus de 10 millions de doses de chloroquine aux USA;
    - Christian Estrosi, soigné lui-même à la chloroquine, sans reponse du gouvernement, a appelé directement Sanofi pour qu’ils livrent la chloroquine aux hopitaux de Nice;
    - sous le lobbying intensif du Professeur Raoult, un test à grande échelle de la chloroquine a commencé finalement en France, sous la direction de l’Inserm (!), qui veut « refaire les expérimentations dans d’autres centres médicaux independants » : ce qui prendra 6 semaines de plus... Presqu’aucun media n’en parle.

    Vous pouvez vérifier ces dires ... tout est vrai ! Non, beaucoup de choses sont fausses

    Agnes Buzyn a fait perdre des mois précieux tout cela pour éviter un conflit d’intérêt!


    ps :
    C/C d'un autre forum !!

    Ps Nous attendons avec impatience de voir la Buzyn en blouse banche dans un hôpital siffle 
    Contrairement à ce que tu affirmes, il y a beaucoup de choses fausses dans ce message, je ne les reprends pas toutes.


    Raoult n'a rien prouvé du tout.
    Son étude sur 24 cas comporte de nombreux biais et ne prouve absolument rien.
    En plus, il a éliminé de son étude les échecs, dont 1 mort.
    Exit aussi ceux qui ont quitté le test à cause des effets secondaires du médicament.

    Sur Estrosi, qui n'est pas médecin ni scientifique,  se dit guérit grâce à la chloroquine alors que les guérisons spontanées ont la même durée que sa maladie à lui. Niveau de preuve = 0.
    La dernière étude chinoise est négative sur l'efficacité de la chloroquine. Personne n'en parle.

    La Chloroquine était classée toxique avant la date que tu cites par l'agence nationale de santé.

    Le fait que de nombreux pays saute sur la chloroquine ne rend pas son utilisation pertinente pour autant sans les études suivant la méthode scientifique qui est seule à même d'apporter le niveau de preuve suffisant.

    J'ai du mal à comprendre cette hystérie sur la chloroquine alors qu'en temps normal, nous faisons preuve, à juste titre, d'une méfiance envers les médicaments.
    Mais je ne me fais pas d'illusion, quand la chloroquine aura fait de nombreux morts, les mêmes viendront crier au scandale sanitaire et mettrons ça sur le dos du gouvernement.

    On lit beaucoup de conneries sur internet, j'aimerais bien que ce ne soit pas le cas ci.
    Azalee
    Azalee
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 911
    Date d'inscription : 08/11/2019

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Azalee le Mar 24 Mar 2020 - 21:10

    Message de l’OMS à propos de l’étude du pr Raoult :

    De petites études observationnelles et non randomisées ne nous donneront pas les réponses dont nous avons besoin. L'utilisation non testée :pill: sans les bonnes preuves pourrait susciter de faux espoirs et même faire plus de mal que de bien et entraîner une pénurie d'essentiels :pill: qui sont nécessaires pour traiter d'autres maladies "
    J’espère vraiment que la chloroquine fonctionnera.
    Si ça ne marche pas on reparlera de l’emballement médiatique, de l’effet de halo, et de la confiance dans la recherche clinique sapé.
    Azalee
    Azalee
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 911
    Date d'inscription : 08/11/2019

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Azalee le Mar 24 Mar 2020 - 21:12

    Sur Cheknews:
    Un arrêté de janvier au sujet de ce possible remède contre le Covid-19 a laissé certains internautes penser que le gouvernement voulait empêcher les Français de se soigner. Il s'agit plutôt du respect d'un principe de précaution dans le cadre d'une procédure antérieure à la pandémie mondiale.

    Azalee
    Azalee
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 911
    Date d'inscription : 08/11/2019

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Azalee le Mar 24 Mar 2020 - 21:13

    Des propos maladroits du professeur Christian Perronne sur LCI ont laissé croire que la pharmacie centrale des hôpitaux de Paris avait été victime d'un pillage de médicaments pouvant servir pour lutter contre le coronavirus.
    L'AP-HP a démenti tout vol.
    Azalee
    Azalee
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 911
    Date d'inscription : 08/11/2019

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Azalee le Mar 24 Mar 2020 - 21:14

    Non, le coronavirus détecté en Chine n'a pas été créé en laboratoire puis breveté

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Azalee
    Azalee
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 911
    Date d'inscription : 08/11/2019

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Azalee le Mar 24 Mar 2020 - 21:19

    Je remets le lien sur la chloroquine ici: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Depuis plusieurs jours, la chloroquine, un traitement antipaludéen, est présenté à l’envi dans de nombreux médias comme source de tous les espoirs contre le Covid19. Dans les laboratoires et les hôpitaux, l’utilisation et l’évaluation de ce traitement correspond à une réalité (voir par exemple dans ce vaste essai clinique annoncé ce 22 mars)… Mais la « vie médiatique » de la chloroquine est très loin de cette réalité-là.
    Ceci n’est PAS un traitement miracle contre le covid-19, et son intérêt dans le traitement de la maladie n’est PAS démontré à cette heure. Ne faites pas les cons…

    En France – et désormais aux États-Unis – la chloroquine subit un traitement médiatique absurde, et une starification complètement irresponsable. La raison est peut-être, en partie, à chercher du côté des fausses représentations des journalistes qui traitent actuellement le dossier Covid19, et d’un manque de compréhension de la méthode scientifique, handicaps que nous avons abondamment analysés par ailleurs [1].

    L’emballement médiatique autour de la chloroquine, liée à une étude française pourtant très problématique, peut en effet se comprendre par des mécanismes hélas très classiques :

       présupposé erroné selon lequel un chercheur parle nécessairement au nom de la communauté scientifique ;
       présupposé erroné selon lequel un chercheur au passé prestigieux est forcément toujours à la pointe de la recherche, respectueux des bases de la méthode scientifique, et insoupçonnable d’inconduite scientifique ;
       présupposé erroné selon lequel un chercheur isolé qui crie victoire a de bonnes raisons de le faire, et ne saurait être victimes de biais ou d’illusions ;
       désintérêt pour les signaux d’alerte relatifs aux points précédents ;
       inculture quant à la nature et la qualité variables des études scientifiques ;
       incapacité de lire les études ou d’analyser les données ;

    Un acteur clef de la médiatisation, bénéficiant d’un certain capital confiance

    Interroger l’hypermédiatisation de la chloroquine va nécessiter de revenir plusieurs fois sur les prises de position, les annonces et les travaux de l’infectiologue et microbiologiste Didier Raoult. Il s’agit d’un chercheur aux travaux longtemps très respectés, et qui a su accumuler les honneurs et prix décernés par de grandes institutions. Dix ans après avoir reçu une médaille de l’Inserm pour l’ensemble de sa carrière, la crise du covid19 ramène le chercheur tout au-devant de la scène médiatique.

    Disons-le sans attendre : cet article n’est en rien une attaque à charge contre une personne. Nous ne cherchons pas à dresser le portrait de l’homme, ni même du chercheur. Le cas n’est intéressant, à cette heure, que des points de vue scientifique, journalistique et politique. Il s’agira pour nous d’exposer brièvement quelques faits médiatisés, d’interroger leur médiatisation, ses conséquences, et ses enjeux.
    Dans les épisodes précédents…
    Dans un précédent billet, nous avons évoqué quelques éléments de la controverse actuelle. Rappelons-en à nouveau quelques épisodes significatifs. Si vous avez déjà suivi un peu l’affaire, ou si vous souhaitez aller à l’essentiel, vous pouvez directement sauter (magie du HTML) à ses derniers développements.

    Comme beaucoup d’autres – qui revendiquaient toutefois moins d’autorité en la matière – le Pr Raoult a longtemps minimisé la crise en cours et les risques à venir. « Ce n’est qu’une infection respiratoire virale de plus » (France 3, 31 janvier 2020)… « Ce coronavirus n’est pas si méchant […] Sans être devin, je doute que le virus chinois fasse augmenter de manière très significative, chez nous tout au moins, les décès par pneumonie. » (JDD, 1er février 2020). Plus tard dans le mois, l’expert persiste et signe : le virus « n’est pas plus dangereux » que ceux impliqués dans les épidémies de grippe saisonnière (La Marseillaise, 26 février).

    L’erreur est humaine. Mais dans le cas d’une personnalité jou(iss)ant d’une aura d’expert international sur la question des épidémies [2], cette cécité interroge. Elle aurait à tout le moins dû inciter gouvernements et médias à plus de prudence à l’égard des sorties ultérieures du professeur marseillais [3].
    « Endgame », vraiment ?

    Mais la vraie controverse naît, ou aurait dû naître, lorsque l’IHU Méditerranée Infection – institut dont il est le directeur – diffuse une interview intitulée « Coronavirus : fin de partie ! » Rien de moins [4].

    Raisons d’un tel triomphalisme ? D’une part, une étude in vitro  (« dans la verrerie », par opposition à « sur le vivant ») suggérant un effet d’une molécule connue sur des cellules infectées par le virus SARS-Cov-2 responsable du Covid19. D’autre part, une lettre d’une page envoyée par des chercheurs chinois à une revue scientifique, relayant un communiqué de presse du gouvernement affirmant – sans fournir le moindre détail – l’existence de bénéfices à une thérapie intégrant ce traitement.

    Cette déclaration du Pr Raoult, au nom de son institut, était donc parfaitement effarante. Jamais une seule étude, encore moins menée en éprouvette, ne suffit à valider l’efficacité et la sécurité d’une molécule pour l’être humain. Pointé du doigt pour cette très coupable légèreté par plusieurs journalistes, dont nos confrères du Monde, le titre de la fameuse vidéo sera modifié.

    Chloroquine et molécules analogues [6] – le traitement assurant prétendument la « fin de partie »  –  sont bien connues des chercheurs en virologie, puisqu’elles entravent la fusion entre la membrane de certains virus et celle des cellules du corps humain. Elles ont ainsi été testées par le passé dans de nombreuses crises épidémiques, « au cas où » (ce qui est parfaitement rationnel [7]). Malheureusement, essentiellement sans succès au-delà de l’in vitro. Autrement dit, un succès de laboratoire avec la chloroquine est, bien souvent, prélude à une déception (ce que ne manquent pas de rappeler d’autres chercheurs… [8]).
    Un enthousiasme inexplicable, mais communicatif…

    Comment expliquer un tel manque de précaution dans les médias ?
    Par le poids de la « lettre » chinoise, publiée dans une revue scientifique ? On l’a dit, ce n’est pas une étude, une simple communication qui ne donne aucun élément d’analyse utile ou pertinent sur les cas. Par le fait que la molécule fait parler d’elle ailleurs qu’en France ? En effet, de façon pragmatique – c’est-à-dire faute de mieux et faute de preuves – plusieurs pays intègrent déjà (ou utiliseront rapidement) la chloroquine dans l’arsenal des traitements administrés aux cas les plus extrêmes. Le médicament est à marge thérapeutique étroite (ce qui signifie les surdosages peuvent survenir rapidement, avec des conséquences excessivement graves dans les cas d’importants surdosages [9]), mais il est bien connu des médecins du monde entier. Il n’est pas administré à la légère, et toujours dans l’espoir d’une synergie avec des autres traitements, dans des cas qui n’ont rien de bénins.

    Ce recours à la chloroquine dans les situations d’urgence laisse croire à certains que son efficacité est déjà avérée. Pour certains observateurs extérieurs mal avisés, les médecins auraient identifié une molécule efficace et l’emploieraient de façon pragmatique sans attendre que les chercheurs n’aient fini de mener d’enquiquinants essais simplement destinés à connaître le pourcentage de soignés, ou d’autres choses bien inutiles en temps de crise. En réalité, personne ne sait alors si la molécule joue un rôle réellement significatif, notable et pertinent.
    L’étude de Marseille : un cas d’école

    Nous arrivons au cœur du problème. Le 18 mars, le Pr Raoult présente en avant-première les résultats d’un essai clinique, résultats qu’il présente comme la preuve qu’une combinaison d’azithromycine et d’hydroxychloroquine permet de faire disparaître le virus du corps de 75% de patients en six jours. Ces résultats sont accueillis avec un enthousiasme déroutant par de nombreux titres de presse.

    Pourquoi déroutants ? Parce qu’au vu des quelques données présentées, l’annonce semble extrêmement spéculative. Menée sur très peu de patients (entraînant une variabilité statistique énorme [10]), avec apparemment peu de précautions méthodologiques, cette étude semblait très fragile. Raison pour laquelle, avec de nombreux confrères, nous avons enjoint à beaucoup de prudence (sinon de méfiance) face à l’emballement.

    Las : une fois le détail de l’étude publiée, nos craintes s’avèrent totalement fondées. Sur la plateforme collaborative de PubPeer, sur laquelle les chercheurs du monde entier peuvent commenter les études scientifiques, l’effarement est général face à des travaux d’une hallucinante faiblesse (« un design expérimental exceptionnellement pauvre »…). Notez que la démarche est constructive, les auteurs de l’étude étant presque toujours invités à préciser leur méthode a posteriori [11].

    Avant d’aller plus loin, balayons l’argument de « l’urgence » : il faudrait excuser à l’équipe de Raoult d’avoir bâclé les choses parce que le temps n’est pas aux précautions méthodologiques. Pourtant, dans le même temps, de nombreuses équipes de recherches en quête d’un traitement efficace contre ce coronavirus parviennent à réaliser des travaux rigoureux (par exemple sur le Lopinavir-Ritonavir). Respecter les précautions minimales permettant d’éviter d’être le jouet d’artefacts grossiers n’est pas un luxe : c’est un peu la base du job… Les règles du jeu scientifique ne sont pas là pour enquiquiner les chercheurs, mais pour les aider à ne pas se leurrer (et à leurrer les autres).

    Revenons à l’étude et aux nombreuses critiques qu’elle soulève. Citons-en cinq, particulièrement marquantes :


       Dans tous les groupes (ceux non-traités, ceux traités par chloroquine seule et ceux traités par chloroquine+azythromicine), on trouve des patients testés positif au virus un jour, puis négatif un autre jour, puis de nouveau positif le jour suivant. Autrement dit : les tests employés pour évaluer l’efficacité du traitement (mesure de la charge virale [11b]) ne sont pas fiables d’un jour à l’autre.
       Alors que l’essai impliquait le traitement effectif de 26 patients (chloroquine seule ou en combinaison avec l’azithromycine). Pourtant, le suivi n’a été mené que sur 20 d’entre eux. En effet, 3 ont été transférés vers une unité de soins intensifs, 2 ont arrêté le traitement ou ont quitté l’hôpital avant la fin du suivi, et 1 (dans le groupe chloroquine+azithromycine)… est décédé au troisième jour de l’essai. Les auteurs notent qu’il était sans charge virale détectable « au jour 2 » (ce qui n’est très probablement pas imputable au traitement…). Les résultats sur les groupes traités sont particulièrement positifs car six résultats très décevants (euphémisme) sont exclus des analyses.
       Les groupes traités par chloroquine sont comparés à un groupe suivi dans un autre établissement, sans aucune garantie que les protocoles permettant d’évaluer la charge virale soient les mêmes, ou menés avec la même rigueur.
       Alors que l’essai avait pour objectif secondaire de renseigner sur l’efficacité du traitement en termes de fièvre, de normalisation du rythme respiratoire, sur la durée moyenne d’hospitalisation et sur la mortalité… l’étude publiée n’en fait pas cas.
       Une partie des patients non traités n’ont pas bénéficié d’une mesure de charge virale de façon quotidienne, les données publiées étant « extrapolées » sur la base de données des jours suivants. Dès lors que les calculs sont réalisés à partir de données réellement effectuées, on ne retrouve plus les effets décrits par l’équipe marseillaise, pour la plupart des jours.

    À cela s’ajoute de lourdes critiques qui renvoient à la notion d’inconduite scientifique. Autrement dit, des « aménagements » avec les règles du jeu scientifique supposées assurer un minimum la fiabilité et l’exploitabilité des travaux publiés [12]… aménagements qui, là encore, ne sauraient être justifiés par l’urgence. Le fait qu’aucune de ces anomalies n’ait apparemment ému les journalistes qui ont donné de l’écho à cet essai clinique est inquiétant.
    En résumé : une étude qui ne dit rien sur rien

    Hors de PubPeer, d’autres chercheurs (y compris d’éminents virologues…) dressent les mêmes constats.

    Comme nous l’avions supputé plus tôt cette semaine : cette étude marseillaise ne permet de conclure à rien, et n’est d’aucun poids pour trancher sur l’intérêt de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine.

    Nous l’avons dit dès les premières lignes du présent billet, ainsi que dans le précédent : la chloroquine sera peut-être un élément pertinent de l’arsenal thérapeutique futur contre le covid19. Mais rien ne permet réellement de l’affirmer aujourd’hui. Plusieurs essais cliniques cherchant à répondre à cette question sont en cours de par le monde. Durant plusieurs semaines, cette piste n’était, en France, pas du tout jugée prioritaire (la Chine et l’Italie y accordent plus d’intérêt). Les indices permettant de parier sur l’intérêt de la chloroquine dans cette situation existent, mais sont peu nombreux. Notre propos – qui n’est pas isolé – est que l’étude marseillaise ne saurait constituer l’un de ces indices.

    Voilà pourquoi il est intéressant d’interroger le panurgisme médiatique autour de la présentation de ces données.

    « Et si ça marche ? »

    Plusieurs personnes ont opposé un argument pragmatique à l’analyse résumée dans le présent billet : certes, l’essai clinique de Raoult est bâclé, et a été outrageusement médiatisé, MAIS c’est précisément cette médiatisation qui a incité les autorités à prendre en compte l’hypothèse hydroxychloroquine, et à l’inclure dans le grand essai clinique annoncé le 22 mars 2020 (où la molécule sera testée aux côtés d’autres, jugées jusqu’à présent plus prometteuses). ET SI cette molécule se révélait efficace, la stratégie de casino du Pr Raoult et de ses confrères aura été payante !

    De notre point de vue, cette façon de penser justifie tous les abus et légitime toutes les manipulations médiatiques. Elle renvoie à une vision fantasmée de la recherche scientifique, dans laquelle les intuitions individuelles sont toujours plus fortes que l’intelligence collective… alors que les exemples en ce sens relèvent de l’exception, et non de la règle.
    Vous connaissez l’histoire de la vaste blague qui va beaucoup trop loin ? Et de ladite blague qui, quatre ans après, relaie n’importe quoi, sur la base de peaux d’ours vendues avant qu’on sache s’il y a des ours ? Elle n’est pas drôle.

    Un dernier rappel en guise de conclusion : à l’échelle internationale, y compris en Europe, de nombreux groupements d’experts légitimes estiment que la chloroquine PEUT être utilisée pour traiter des patients plus ou moins sévèrement atteints, en respectant des précautions particulières, au vu de la PLAUSIBILITÉ d’un effet. Cela peut sembler léger, mais ça n’est pas rien. Dans les semaines à venir, ces recommandations vont nécessairement évoluer.

    En attendant, proscrivez absolument l’automédication ! Des cas d’intoxication au Plaquenil® (traitement à base d’hydroxychloroquine) par des patients jouant les apprentis-sorciers sont déjà craints par des médecins.

    Et les récentes sorties totalement irresponsables de Donald Trump ne devraient rien arranger (voir tweet ci-contre…). Les soignants ont déjà fort à faire avec les personnes atteintes de covid-19 pour ne pas avoir à s’occuper des auto-intoxiqués à la chloroquine.

    Point rassurant : suite à la sortie du président étasunien, de nombreuses voix (dans le monde médical ou de la vulgarisation) se sont élevées pour rappeler l’état des sciences : à l’heure actuelle, prétendre que la chloroquine est un traitement efficace est faux, nourrit de faux espoirs, et n’est pas sans risque sanitaires.

    On n’a pas encore trouvé le traitement miracle contre le coronavirus en circulation. Respectez les consignes des autorités sanitaires : restez chez vous le plus possible, lavez-vous les mains, toussez dans votre coude… Prenez soin de vous.
    Pasta
    Pasta

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 1433
    Date d'inscription : 03/09/2019
    Localisation : Dans les nuages

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Pasta le Mar 24 Mar 2020 - 21:45

    Azalee a écrit:
    Contrairement à ce que tu affirmes, il y a beaucoup de choses fausses dans ce message, je ne les reprends pas toutes.


    .
    Si tu vas relire mon message ,il y a en bas de la page : > C/C d'un autre forum

    Donc je n'affirme rien ,je copie , mais étant donné que je le recopie ,je suis donc d'accord Very Happy
     Perso ,je suis convaincu que le gouv et tous ceux qui communiquent en son nom , nous mentent sur les chiffres et sur un tas d'autres choses afin de se déculpabiliser de leur incompétences ,négligences !tout comme l'a fait la Buzyn !
    Naturellement je peux me tromper ,mais cela nous ne pourrons le savoir que d'ici quelques mois !
    Puisque cela a l'air de te contrarier , a l'avenir je vais m'abstenir de donner mon avis et laisser Salomon/Véran /Macron/Philippe vous donner leur vérités ..

    Bon confinement  Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 3966895391
    avatar
    beced

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 25781
    Date d'inscription : 31/12/2013

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par beced le Mar 24 Mar 2020 - 21:49


    Il aurait pu avoir la solution.... trop triste.... Shocked

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Panoramix-17841
    cristaline
    cristaline

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 12506
    Date d'inscription : 18/12/2013
    Age : 69

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par cristaline le Mar 24 Mar 2020 - 21:52

    "Coronavirus: plus de 700 migrants évacués d'un camp au nord de Paris" : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Ça me met hors de moi ! Imaginez à quoi servent les mesures que tout le monde prend par la force des choses si ces gens sont contaminés ?
    Superphelpsus
    Superphelpsus

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Default6

    Messages : 235
    Date d'inscription : 28/02/2020

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Superphelpsus le Mar 24 Mar 2020 - 21:59

    Azalee a écrit:Je remets le lien sur la chloroquine ici: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Depuis plusieurs jours, la chloroquine, un traitement antipaludéen, est présenté à l’envi dans de nombreux médias comme source de tous les espoirs contre le Covid19. Dans les laboratoires et les hôpitaux, l’utilisation et l’évaluation de ce traitement correspond à une réalité (voir par exemple dans ce vaste essai clinique annoncé ce 22 mars)… Mais la « vie médiatique » de la chloroquine est très loin de cette réalité-là.
    Ceci n’est PAS un traitement miracle contre le covid-19, et son intérêt dans le traitement de la maladie n’est PAS démontré à cette heure. Ne faites pas les cons…

    En France – et désormais aux États-Unis – la chloroquine subit un traitement médiatique absurde, et une starification complètement irresponsable. La raison est peut-être, en partie, à chercher du côté des fausses représentations des journalistes qui traitent actuellement le dossier Covid19, et d’un manque de compréhension de la méthode scientifique, handicaps que nous avons abondamment analysés par ailleurs [1].

    L’emballement médiatique autour de la chloroquine, liée à une étude française pourtant très problématique, peut en effet se comprendre par des mécanismes hélas très classiques :

       présupposé erroné selon lequel un chercheur parle nécessairement au nom de la communauté scientifique ;
       présupposé erroné selon lequel un chercheur au passé prestigieux est forcément toujours à la pointe de la recherche, respectueux des bases de la méthode scientifique, et insoupçonnable d’inconduite scientifique ;
       présupposé erroné selon lequel un chercheur isolé qui crie victoire a de bonnes raisons de le faire, et ne saurait être victimes de biais ou d’illusions ;
       désintérêt pour les signaux d’alerte relatifs aux points précédents ;
       inculture quant à la nature et la qualité variables des études scientifiques ;
       incapacité de lire les études ou d’analyser les données ;

    Un acteur clef de la médiatisation, bénéficiant d’un certain capital confiance

    Interroger l’hypermédiatisation de la chloroquine va nécessiter de revenir plusieurs fois sur les prises de position, les annonces et les travaux de l’infectiologue et microbiologiste Didier Raoult. Il s’agit d’un chercheur aux travaux longtemps très respectés, et qui a su accumuler les honneurs et prix décernés par de grandes institutions. Dix ans après avoir reçu une médaille de l’Inserm pour l’ensemble de sa carrière, la crise du covid19 ramène le chercheur tout au-devant de la scène médiatique.

    Disons-le sans attendre : cet article n’est en rien une attaque à charge contre une personne. Nous ne cherchons pas à dresser le portrait de l’homme, ni même du chercheur. Le cas n’est intéressant, à cette heure, que des points de vue scientifique, journalistique et politique. Il s’agira pour nous d’exposer brièvement quelques faits médiatisés, d’interroger leur médiatisation, ses conséquences, et ses enjeux.
    Dans les épisodes précédents…
    Dans un précédent billet, nous avons évoqué quelques éléments de la controverse actuelle. Rappelons-en à nouveau quelques épisodes significatifs. Si vous avez déjà suivi un peu l’affaire, ou si vous souhaitez aller à l’essentiel, vous pouvez directement sauter (magie du HTML) à ses derniers développements.

    Comme beaucoup d’autres – qui revendiquaient toutefois moins d’autorité en la matière – le Pr Raoult a longtemps minimisé la crise en cours et les risques à venir. « Ce n’est qu’une infection respiratoire virale de plus » (France 3, 31 janvier 2020)… « Ce coronavirus n’est pas si méchant […] Sans être devin, je doute que le virus chinois fasse augmenter de manière très significative, chez nous tout au moins, les décès par pneumonie. » (JDD, 1er février 2020). Plus tard dans le mois, l’expert persiste et signe : le virus « n’est pas plus dangereux » que ceux impliqués dans les épidémies de grippe saisonnière (La Marseillaise, 26 février).

    L’erreur est humaine. Mais dans le cas d’une personnalité jou(iss)ant d’une aura d’expert international sur la question des épidémies [2], cette cécité interroge. Elle aurait à tout le moins dû inciter gouvernements et médias à plus de prudence à l’égard des sorties ultérieures du professeur marseillais [3].
    « Endgame », vraiment ?

    Mais la vraie controverse naît, ou aurait dû naître, lorsque l’IHU Méditerranée Infection – institut dont il est le directeur – diffuse une interview intitulée « Coronavirus : fin de partie ! » Rien de moins [4].

    Raisons d’un tel triomphalisme ? D’une part, une étude in vitro  (« dans la verrerie », par opposition à « sur le vivant ») suggérant un effet d’une molécule connue sur des cellules infectées par le virus SARS-Cov-2 responsable du Covid19. D’autre part, une lettre d’une page envoyée par des chercheurs chinois à une revue scientifique, relayant un communiqué de presse du gouvernement affirmant – sans fournir le moindre détail – l’existence de bénéfices à une thérapie intégrant ce traitement.

    Cette déclaration du Pr Raoult, au nom de son institut, était donc parfaitement effarante. Jamais une seule étude, encore moins menée en éprouvette, ne suffit à valider l’efficacité et la sécurité d’une molécule pour l’être humain. Pointé du doigt pour cette très coupable légèreté par plusieurs journalistes, dont nos confrères du Monde, le titre de la fameuse vidéo sera modifié.

    Chloroquine et molécules analogues [6] – le traitement assurant prétendument la « fin de partie »  –  sont bien connues des chercheurs en virologie, puisqu’elles entravent la fusion entre la membrane de certains virus et celle des cellules du corps humain. Elles ont ainsi été testées par le passé dans de nombreuses crises épidémiques, « au cas où » (ce qui est parfaitement rationnel [7]). Malheureusement, essentiellement sans succès au-delà de l’in vitro. Autrement dit, un succès de laboratoire avec la chloroquine est, bien souvent, prélude à une déception (ce que ne manquent pas de rappeler d’autres chercheurs… [8]).
    Un enthousiasme inexplicable, mais communicatif…

    Comment expliquer un tel manque de précaution dans les médias ?
    Par le poids de la « lettre » chinoise, publiée dans une revue scientifique ? On l’a dit, ce n’est pas une étude, une simple communication qui ne donne aucun élément d’analyse utile ou pertinent sur les cas. Par le fait que la molécule fait parler d’elle ailleurs qu’en France ? En effet, de façon pragmatique – c’est-à-dire faute de mieux et faute de preuves – plusieurs pays intègrent déjà (ou utiliseront rapidement) la chloroquine dans l’arsenal des traitements administrés aux cas les plus extrêmes. Le médicament est à marge thérapeutique étroite (ce qui signifie les surdosages peuvent survenir rapidement, avec des conséquences excessivement graves dans les cas d’importants surdosages [9]), mais il est bien connu des médecins du monde entier. Il n’est pas administré à la légère, et toujours dans l’espoir d’une synergie avec des autres traitements, dans des cas qui n’ont rien de bénins.

    Ce recours à la chloroquine dans les situations d’urgence laisse croire à certains que son efficacité est déjà avérée. Pour certains observateurs extérieurs mal avisés, les médecins auraient identifié une molécule efficace et l’emploieraient de façon pragmatique sans attendre que les chercheurs n’aient fini de mener d’enquiquinants essais simplement destinés à connaître le pourcentage de soignés, ou d’autres choses bien inutiles en temps de crise. En réalité, personne ne sait alors si la molécule joue un rôle réellement significatif, notable et pertinent.
    L’étude de Marseille : un cas d’école

    Nous arrivons au cœur du problème. Le 18 mars, le Pr Raoult présente en avant-première les résultats d’un essai clinique, résultats qu’il présente comme la preuve qu’une combinaison d’azithromycine et d’hydroxychloroquine permet de faire disparaître le virus du corps de 75% de patients en six jours. Ces résultats sont accueillis avec un enthousiasme déroutant par de nombreux titres de presse.

    Pourquoi déroutants ? Parce qu’au vu des quelques données présentées, l’annonce semble extrêmement spéculative. Menée sur très peu de patients (entraînant une variabilité statistique énorme [10]), avec apparemment peu de précautions méthodologiques, cette étude semblait très fragile. Raison pour laquelle, avec de nombreux confrères, nous avons enjoint à beaucoup de prudence (sinon de méfiance) face à l’emballement.

    Las : une fois le détail de l’étude publiée, nos craintes s’avèrent totalement fondées. Sur la plateforme collaborative de PubPeer, sur laquelle les chercheurs du monde entier peuvent commenter les études scientifiques, l’effarement est général face à des travaux d’une hallucinante faiblesse (« un design expérimental exceptionnellement pauvre »…). Notez que la démarche est constructive, les auteurs de l’étude étant presque toujours invités à préciser leur méthode a posteriori [11].

    Avant d’aller plus loin, balayons l’argument de « l’urgence » : il faudrait excuser à l’équipe de Raoult d’avoir bâclé les choses parce que le temps n’est pas aux précautions méthodologiques. Pourtant, dans le même temps, de nombreuses équipes de recherches en quête d’un traitement efficace contre ce coronavirus parviennent à réaliser des travaux rigoureux (par exemple sur le Lopinavir-Ritonavir). Respecter les précautions minimales permettant d’éviter d’être le jouet d’artefacts grossiers n’est pas un luxe : c’est un peu la base du job… Les règles du jeu scientifique ne sont pas là pour enquiquiner les chercheurs, mais pour les aider à ne pas se leurrer (et à leurrer les autres).

    Revenons à l’étude et aux nombreuses critiques qu’elle soulève. Citons-en cinq, particulièrement marquantes :


       Dans tous les groupes (ceux non-traités, ceux traités par chloroquine seule et ceux traités par chloroquine+azythromicine), on trouve des patients testés positif au virus un jour, puis négatif un autre jour, puis de nouveau positif le jour suivant. Autrement dit : les tests employés pour évaluer l’efficacité du traitement (mesure de la charge virale [11b]) ne sont pas fiables d’un jour à l’autre.
       Alors que l’essai impliquait le traitement effectif de 26 patients (chloroquine seule ou en combinaison avec l’azithromycine). Pourtant, le suivi n’a été mené que sur 20 d’entre eux. En effet, 3 ont été transférés vers une unité de soins intensifs, 2 ont arrêté le traitement ou ont quitté l’hôpital avant la fin du suivi, et 1 (dans le groupe chloroquine+azithromycine)… est décédé au troisième jour de l’essai. Les auteurs notent qu’il était sans charge virale détectable « au jour 2 » (ce qui n’est très probablement pas imputable au traitement…). Les résultats sur les groupes traités sont particulièrement positifs car six résultats très décevants (euphémisme) sont exclus des analyses.
       Les groupes traités par chloroquine sont comparés à un groupe suivi dans un autre établissement, sans aucune garantie que les protocoles permettant d’évaluer la charge virale soient les mêmes, ou menés avec la même rigueur.
       Alors que l’essai avait pour objectif secondaire de renseigner sur l’efficacité du traitement en termes de fièvre, de normalisation du rythme respiratoire, sur la durée moyenne d’hospitalisation et sur la mortalité… l’étude publiée n’en fait pas cas.
       Une partie des patients non traités n’ont pas bénéficié d’une mesure de charge virale de façon quotidienne, les données publiées étant « extrapolées » sur la base de données des jours suivants. Dès lors que les calculs sont réalisés à partir de données réellement effectuées, on ne retrouve plus les effets décrits par l’équipe marseillaise, pour la plupart des jours.

    À cela s’ajoute de lourdes critiques qui renvoient à la notion d’inconduite scientifique. Autrement dit, des « aménagements » avec les règles du jeu scientifique supposées assurer un minimum la fiabilité et l’exploitabilité des travaux publiés [12]… aménagements qui, là encore, ne sauraient être justifiés par l’urgence. Le fait qu’aucune de ces anomalies n’ait apparemment ému les journalistes qui ont donné de l’écho à cet essai clinique est inquiétant.
    En résumé : une étude qui ne dit rien sur rien

    Hors de PubPeer, d’autres chercheurs (y compris d’éminents virologues…) dressent les mêmes constats.

    Comme nous l’avions supputé plus tôt cette semaine : cette étude marseillaise ne permet de conclure à rien, et n’est d’aucun poids pour trancher sur l’intérêt de l’hydroxychloroquine ou de la chloroquine.

    Nous l’avons dit dès les premières lignes du présent billet, ainsi que dans le précédent : la chloroquine sera peut-être un élément pertinent de l’arsenal thérapeutique futur contre le covid19. Mais rien ne permet réellement de l’affirmer aujourd’hui. Plusieurs essais cliniques cherchant à répondre à cette question sont en cours de par le monde. Durant plusieurs semaines, cette piste n’était, en France, pas du tout jugée prioritaire (la Chine et l’Italie y accordent plus d’intérêt). Les indices permettant de parier sur l’intérêt de la chloroquine dans cette situation existent, mais sont peu nombreux. Notre propos – qui n’est pas isolé – est que l’étude marseillaise ne saurait constituer l’un de ces indices.

    Voilà pourquoi il est intéressant d’interroger le panurgisme médiatique autour de la présentation de ces données.

    « Et si ça marche ? »

    Plusieurs personnes ont opposé un argument pragmatique à l’analyse résumée dans le présent billet : certes, l’essai clinique de Raoult est bâclé, et a été outrageusement médiatisé, MAIS c’est précisément cette médiatisation qui a incité les autorités à prendre en compte l’hypothèse hydroxychloroquine, et à l’inclure dans le grand essai clinique annoncé le 22 mars 2020 (où la molécule sera testée aux côtés d’autres, jugées jusqu’à présent plus prometteuses). ET SI cette molécule se révélait efficace, la stratégie de casino du Pr Raoult et de ses confrères aura été payante !

    De notre point de vue, cette façon de penser justifie tous les abus et légitime toutes les manipulations médiatiques. Elle renvoie à une vision fantasmée de la recherche scientifique, dans laquelle les intuitions individuelles sont toujours plus fortes que l’intelligence collective… alors que les exemples en ce sens relèvent de l’exception, et non de la règle.
    Vous connaissez l’histoire de la vaste blague qui va beaucoup trop loin ? Et de ladite blague qui, quatre ans après, relaie n’importe quoi, sur la base de peaux d’ours vendues avant qu’on sache s’il y a des ours ? Elle n’est pas drôle.

    Un dernier rappel en guise de conclusion : à l’échelle internationale, y compris en Europe, de nombreux groupements d’experts légitimes estiment que la chloroquine PEUT être utilisée pour traiter des patients plus ou moins sévèrement atteints, en respectant des précautions particulières, au vu de la PLAUSIBILITÉ d’un effet. Cela peut sembler léger, mais ça n’est pas rien. Dans les semaines à venir, ces recommandations vont nécessairement évoluer.

    En attendant, proscrivez absolument l’automédication ! Des cas d’intoxication au Plaquenil® (traitement à base d’hydroxychloroquine) par des patients jouant les apprentis-sorciers sont déjà craints par des médecins.

    Et les récentes sorties totalement irresponsables de Donald Trump ne devraient rien arranger (voir tweet ci-contre…). Les soignants ont déjà fort à faire avec les personnes atteintes de covid-19 pour ne pas avoir à s’occuper des auto-intoxiqués à la chloroquine.

    Point rassurant : suite à la sortie du président étasunien, de nombreuses voix (dans le monde médical ou de la vulgarisation) se sont élevées pour rappeler l’état des sciences : à l’heure actuelle, prétendre que la chloroquine est un traitement efficace est faux, nourrit de faux espoirs, et n’est pas sans risque sanitaires.

    On n’a pas encore trouvé le traitement miracle contre le coronavirus en circulation. Respectez les consignes des autorités sanitaires : restez chez vous le plus possible, lavez-vous les mains, toussez dans votre coude… Prenez soin de vous.
    warpcoil j ai regarder des vidéo c est pas n importe qui ce professeur Raoult . C est un expert dans tout ce qui est virus. Ont a pas le temps d attendre 2 ans qui fasse des études ça semble être bénéfique qu ils en donnent au personne qui en ont besoin.

    Contenu sponsorisé

     Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques  - Page 3 Empty Re: Coronavirus , les questions a se poser ,les critiques

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 28 Mar 2020 - 16:46