Des lettres et des news

Des lettres et des news

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Des lettres et des news

Forum sur l'actualité et la culture

Le Deal du moment : -41%
🚿 Lot de 12 gels douche DOP « Douceurs ...
Voir le deal
15.99 €

+11
MrPhelps
Ara
LV426
Dan22
Sabbatha
Titoune
MACKY
Ymar
beced
Flavius
cristaline
15 participants
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Antisémitisme, racisme et xénophobie

Flavius
Flavius
Administrateur
Administrateur


Messages : 26900
Date d'inscription : 17/12/2013
Localisation : Hérault

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Flavius Ven 4 Fév 2022 - 22:14

Azalee a écrit:
Flavius a écrit:Whoopi Goldberg plonge dans le wokisme pour se rendre intéressante, mais voilà elle se fait ramasser par la chaîne qui l'emploie

"Est-ce que l'holocauste c'est du racisme ? Bien sûr que non, puisque c'est une affaire entre blancs. A la limite on peut dire que c'est un acte inhumain." 
Ben oui. Puisqu'il ne y avoir de racisme anti blanc, l'holocauste n'a pas pour motivation premier le racisme. C'est bien connu, un noir ne peut être raciste.
Est-ce que cette conne à seulement des études ?
Le wokisme remplace le marxisme en tant qu'idéologie. Les ravages du wokisme ne font que commencer. Et contrairement à ce que l'on pense, ce n'est pas une création américaine, mais française.
Whoopy Goldberg ne fait que répéter le discours woke.
C'est ignorer les théories racistes des nazis. C'est juste être bête et dégueulasse.

Comme ça l'est de dire que la création du ghetto de Varsovie a été une mesure hygiéniste pour protéger les juifs du typhus.
Bien sûr.
Avec le wokisme qui se veut soi-disant antiraciste qualifie les gens par leur confession religieuse et par la couleur de la peau. Et je peux te dire qu'il s'immisce partout, dans tous les milieux et dans tous les secteurs professionnels. C'est un grave danger culturel.


Dernière édition par Flavius le Sam 5 Fév 2022 - 12:19, édité 1 fois
beced
beced

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 37469
Date d'inscription : 31/12/2013

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par beced Ven 4 Fév 2022 - 23:11

Azalee a écrit:
Whoopy Goldberg ne fait que répéter le discours woke.
C'est ignorer les théories racistes des nazis. C'est juste être bête et dégueulasse.

Comme ça l'est de dire que la création du ghetto de Varsovie a été une mesure hygiéniste pour protéger les juifs du typhus.
Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 2065525499 

En fait les propos de Whoopy Goldberg est l'illustration par l'absurde, de la citation  Ernest H. de tes messages :
''Les mots ont un sens. D’une utilisation imprécise, tous les mots ont perdu leur tranchant''.


Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 2541696796
Paulette
Paulette

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 13034
Date d'inscription : 13/06/2021

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Paulette Ven 4 Fév 2022 - 23:16

Je n'ai rien compris à cette affaire : Whoopie Goldberg a regretté qu'on ait banni l'étude de Maus dans certaines écoles américaines : de quoi la juge-t-on coupable, au juste ?
Elle a dit que l'Holocauste n'était pas une question de race, que c'était une question d'inhumanité des hommes envers les hommes : c'est vraiment scandaleux ?
Flavius
Flavius
Administrateur
Administrateur


Messages : 26900
Date d'inscription : 17/12/2013
Localisation : Hérault

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Flavius Ven 4 Fév 2022 - 23:41

Paulette a écrit:Je n'ai rien compris à cette affaire : Whoopie Goldberg a regretté qu'on ait banni l'étude de Maus dans certaines écoles américaines : de quoi la juge-t-on coupable, au juste ?
Elle a dit que l'Holocauste n'était pas une question de race, que c'était une question d'inhumanité des hommes envers les hommes : c'est vraiment scandaleux ?
Je reviendrai sur le sujet demain
Paulette
Paulette

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 13034
Date d'inscription : 13/06/2021

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Paulette Sam 5 Fév 2022 - 10:32

Flavius a écrit:
Je reviendrai sur le sujet demain
D'accord, merci.
LV426
LV426

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 10086
Date d'inscription : 29/12/2013
Age : 20
Localisation : Bayeux

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par LV426 Sam 5 Fév 2022 - 11:18

Flavius a écrit:Whoopy Goldberg plonge dans le wokisme pour se rendre intéressante, mais voilà elle se fait ramasser par la chaîne qui l'emploie

"Est-ce que l'holocauste c'est du racisme ? Bien sûr que non, puisque c'est une affaire entre blancs. A la limite on peut dire que c'est un acte inhumain." 
Ben oui. Puisqu'il ne y avoir de racisme anti blanc, l'holocauste n'a pas pour motivation premier le racisme. C'est bien connu, un noir ne peut être raciste.
Est-ce que cette conne à seulement des études ?
Le wokisme remplace le marxisme en tant qu'idéologie. Les ravages du wokisme ne font que commencer. Et contrairement à ce que l'on pense, ce n'est pas une création américaine, mais française.
Si, vraiment, son discours est rapporté tel qu'il a été prononcé (je me méfie de l'effet "téléphone arabe", d'autant davantage quand une traduction figure dans l'équation), il ne tient pas debout. 

Déjà, elle met sur le même plan ce qui relève du mobile (racisme) et ce qui relève du phénomène (acte inhumain).

Ensuite, il est exorbitant de nier que le racisme soit le mobile essentiel de l'Holocauste. Certes, on n'est pas obligé de l'appeler racisme, mais racisme et antisémitisme -- si l'on tient absolument à faire un distinguo -- sont deux rejetons d'un même parent, cet atavisme typiquement humain que l'on peut appeler le EUX contre NOUS.


Je suis également étonné (plutôt amusé qu'étonné, en fait) par son "A la limite, on peut dire....", comme si c'était quelque chose qu'elle consentait à concéder.

En revanche, je ne vous suis pas sur votre remarque ironique c'est bien connu, un noir ne peut être raciste.
Même si c'est une idée qui existe, je ne vois rien, dans la citation rapportée, qui présuppose cela.
Flavius
Flavius
Administrateur
Administrateur


Messages : 26900
Date d'inscription : 17/12/2013
Localisation : Hérault

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Flavius Sam 5 Fév 2022 - 11:57

Paulette a écrit:
Flavius a écrit:
Je reviendrai sur le sujet demain
D'accord, merci.
Chose promise, chose due.

D'abord, je trouve que le terme holocauste est particulièrement mal utilisé. D'ailleurs s'il est encore utilisé dans les pays anglo-saxons, je note qu'il l'est beaucoup moins en France ou on lui a substitué le Shoah, terme hébreu. Je situe cette substitution au moment de la projection du film de Claude Lanzmann  "Shoah"

Quel est l'intérêt de ce changement de qualification pour désigner le génocide ?

Et bien  c'est simple. Dans holocauste, il y a la notion de "sacrifice" attachée à cette terminologie. Or vous conviendrez, que les Juifs, n'ont jamais voulu être ni des martyrs, pas plus qu'ils n'ont désiré être sacrifiés. Leurs bourreaux ne cherchaient pas non plus à les offrir sur un autel à la gloire d'un quelconque dieu. 
S'ils l'ont fait, c'est parce qu'ils se considéraient comme aryens, une race supérieure, les juifs étant une sous race. Ça c'était pour les esprits les plus faibles qui recherchaient un bouc-émissaire à la situation déplorable de l'Allemagne et à leur humiliation, après son échec lors de la première guerre mondiale. J'ajouterai à cela, la volonté de piller les biens des Juifs. Certains juifs Allemands occupaient un statut social enviable au sein de la société allemande. 
Pour les nazis qui n'étaient pas tous des êtres (je parle des troupes, pas des dirigeants) très cultivés, mais des bourrins, il fallait des discours simples s'appuyant sur des causes toutes aussi simples et accessibles. L'autre danger pour les nazis, était que les Juifs de par le monde, dans leur ensemble disposait d'un minimum de culture, et étaient souvent de gauche. Or qui dit cultivé, dit aussi être capable de penser. Pour toutes ces raisons, les juifs devaient disparaître.
Pour que le Reich installe son idéologie dans la plupart des pays, il  ne devait plus rester un juif.

Le mot Shoah signifie en hébreu "anéantissement". Vous voyez tout de suite pourquoi ce terme est plus adapté à la tragédie qui a mené 6 millions de Juifs à la mort. Et il est probable que ce chiffre soit sous-estimé. Inutile que je développe plus sur le mot Shoah.

Revenons à nos moutons. Pour whoopi Goldberg, en avançant ce qu'elle avance, à savoir que l'holocauste ne peut être considéré comme un crime raciste parce qu'il ne concerne que les hommes blancs, à savoir, le racisme anti-blanc ne peut exister, etc. En fait il n'existe de racisme qu'anti-noir selon elle. C'est une monstrueuse connerie qui s'inscrit dans ce wokisme imbécile que je ne cesse de dénoncer, car à terme, il risque de devenir plus dangereux encore que l'islamisme, dans la mesure qu'il se pare des attributs du progressisme et culpabilise ceux qui s'en écarte. Aujourd'hui, même les commerce et les grandes entreprises n'y échappent pas.
Consciente de son erreur, Sister Act s'en est excusée. Ça  lui a coûté deux semaines de mise à pied par la chaîne qui l'employait.

Vous comprenez bien que la Shoah ne peut être considérée comme une affaire entre homme blancs, même si l'on ajoute ensuite que c'est inhumain. Il y a pleins d'actes inhumains dans la vie. En plus avec l'abus de langage que l'on peut noter souvent, cela ne veut plus rien dire.

La Shoah est le pire des crimes racistes du XX ème siècle. Et le racisme anti-blanc est une réalité.


Dernière édition par Flavius le Sam 5 Fév 2022 - 12:16, édité 1 fois

Galadriel et nangiam33 aiment ce message

Flavius
Flavius
Administrateur
Administrateur


Messages : 26900
Date d'inscription : 17/12/2013
Localisation : Hérault

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Flavius Sam 5 Fév 2022 - 12:07

LV426 a écrit:
Flavius a écrit:Whoopi Goldberg plonge dans le wokisme pour se rendre intéressante, mais voilà elle se fait ramasser par la chaîne qui l'emploie

"Est-ce que l'holocauste c'est du racisme ? Bien sûr que non, puisque c'est une affaire entre blancs. A la limite on peut dire que c'est un acte inhumain." 
Ben oui. Puisqu'il ne y avoir de racisme anti blanc, l'holocauste n'a pas pour motivation premier le racisme. C'est bien connu, un noir ne peut être raciste.
Est-ce que cette conne à seulement des études ?
Le wokisme remplace le marxisme en tant qu'idéologie. Les ravages du wokisme ne font que commencer. Et contrairement à ce que l'on pense, ce n'est pas une création américaine, mais française.
Si, vraiment, son discours est rapporté tel qu'il a été prononcé (je me méfie de l'effet "téléphone arabe", d'autant davantage quand une traduction figure dans l'équation), il ne tient pas debout. 

Déjà, elle met sur le même plan ce qui relève du mobile (racisme) et ce qui relève du phénomène (acte inhumain).

Ensuite, il est exorbitant de nier que le racisme soit le mobile essentiel de l'Holocauste. Certes, on n'est pas obligé de l'appeler racisme, mais racisme et antisémitisme -- si l'on tient absolument à faire un distinguo -- sont deux rejetons d'un même parent, cet atavisme typiquement humain que l'on peut appeler le EUX contre NOUS.


Je suis également étonné (plutôt amusé qu'étonné, en fait) par son "A la limite, on peut dire....", comme si c'était quelque chose qu'elle consentait à concéder.

En revanche, je ne vous suis pas sur votre remarque ironique c'est bien connu, un noir ne peut être raciste.
Même si c'est une idée qui existe, je ne vois rien, dans la citation rapportée, qui présuppose cela.

Au regard de ses propos, on ne peut pas dire que Whoopi soit une grande historienne, ni un penseur de grand niveau. A -t-elle voulu donner un gage au wokisme ambiant ? Je n'en sais rien, et puis je m'en fiche un peu. Les faits me suffisent. Pour le reste, je ne suis pas assez subtile pour comprendre toutes les distinctions que vous faites.

Ben excusez moi, mais on peut encore comprendre ce qu'à voulu dire une personne à partir de ses propos, sans pour autant les dévoyer. Vous pensez bien que si cela a fait un tel tollé que le doute n'est pas permis. Elle a été suspendue de sa chaîne, ce n'est pas pour une simple sottise. Et elle s'en est d'ailleurs excusée. C'est que les gens ont compris la même chose que moi.


Dernière édition par Flavius le Sam 5 Fév 2022 - 12:17, édité 1 fois

Galadriel aime ce message

Paulette
Paulette

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 13034
Date d'inscription : 13/06/2021

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Paulette Sam 5 Fév 2022 - 12:12

Merci de votre explication, Flavius.

Pour le terme "holocauste", il faut toutefois noter que, signifiant "brûlé tout entier", il fait allusion à la disparition intégrale des suppliciés dans les chambres à gaz. Toutefois, c'est vrai que l'idée de "sacrifice" est inconvenante.
Flavius
Flavius
Administrateur
Administrateur


Messages : 26900
Date d'inscription : 17/12/2013
Localisation : Hérault

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Flavius Sam 5 Fév 2022 - 12:13

LV426 a écrit:
Flavius a écrit:Whoopy Goldberg plonge dans le wokisme pour se rendre intéressante, mais voilà elle se fait ramasser par la chaîne qui l'emploie

"Est-ce que l'holocauste c'est du racisme ? Bien sûr que non, puisque c'est une affaire entre blancs. A la limite on peut dire que c'est un acte inhumain." 
Ben oui. Puisqu'il ne y avoir de racisme anti blanc, l'holocauste n'a pas pour motivation premier le racisme. C'est bien connu, un noir ne peut être raciste.
Est-ce que cette conne à seulement des études ?
Le wokisme remplace le marxisme en tant qu'idéologie. Les ravages du wokisme ne font que commencer. Et contrairement à ce que l'on pense, ce n'est pas une création américaine, mais française.
Si, vraiment, son discours est rapporté tel qu'il a été prononcé (je me méfie de l'effet "téléphone arabe", d'autant davantage quand une traduction figure dans l'équation), il ne tient pas debout. 

Déjà, elle met sur le même plan ce qui relève du mobile (racisme) et ce qui relève du phénomène (acte inhumain).

Ensuite, il est exorbitant de nier que le racisme soit le mobile essentiel de l'Holocauste. Certes, on n'est pas obligé de l'appeler racisme, mais racisme et antisémitisme -- si l'on tient absolument à faire un distinguo -- sont deux rejetons d'un même parent, cet atavisme typiquement humain que l'on peut appeler le EUX contre NOUS.


Je suis également étonné (plutôt amusé qu'étonné, en fait) par son "A la limite, on peut dire....", comme si c'était quelque chose qu'elle consentait à concéder.

En revanche, je ne vous suis pas sur votre remarque ironique c'est bien connu, un noir ne peut être raciste.
Même si c'est une idée qui existe, je ne vois rien, dans la citation rapportée, qui présuppose cela.
Tenez, je vous ai retrouvé ça  :

Lors de l'émission quotidienne, la comédienne a déploré que des classiques comme Maus, dans lequel le dessinateur Art Spiegelman raconte les souvenirs bouleversants de son père rescapé de la Shoah, ou Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur d'Harper Lee, soient bannis d'écoles américaines. Puis elle a ajouté que l'Holocauste n'était «pas une question de race, c'est une question d'inhumanité des hommes envers les hommes», des propos qui ont immédiatement surpris ses interlocutrices en plateau. «J'aurais dû dire que c'était lié aux deux», s'est excusée sur Twitter l'actrice oscarisée en 1991 pour son rôle dans Ghost, considérée comme une pionnière de la percée des acteurs noirs sur la scène américaine.

Enfin pour préciser sa pensée Whoopi Goldberg a aussi ajouté: «Comme l'a dit Jonathan Greenblatt de l'Anti-Defamation League (une organisation de lutte contre l'antisémitisme, NDLR), l'Holocauste a été la destruction systématique par les nazis du peuple juif, qu'ils considéraient comme une race inférieure»


C'est curieux que la phrase : "ce n'est pas raciste puisque c'est une affaire entre hommes blancs." ai disparu

Galadriel aime ce message

LV426
LV426

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 10086
Date d'inscription : 29/12/2013
Age : 20
Localisation : Bayeux

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par LV426 Sam 5 Fév 2022 - 12:15

Flavius a écrit:

Au regard de ses propos, on ne peut pas dire que Whoopy soit une grande historienne, ni un penseur de grand niveau. A -t-elle voulu donner un gage au wokisme ambiant ? Je n'en sais rien, et puis je m'en fiche un peu. Les faits me suffisent. Pour le reste, je ne suis pas assez subtile pour comprendre toutes les distinctions que vous faites.

Ben excusez moi, mais on peut encore comprendre ce qu'à voulu dire une personne à partir de ses propos, sans pour autant les dévoyer. Vous pensez bien que si cela a fait un tel tollé que le doute n'est pas permis. Elle a été suspendue de sa chaîne, ce n'est pas pour une simple sottise. Et elle s'en est d'ailleurs excusée. C'est que les gens ont compris la même chose que moi.
Il est aussi arrivé des mésaventures assez analogues à Éric Zemmour.
La question n'est pas de savoir si on a bien ou mal compris l'information mais de savoir si elle était encore parfaitement fidèle à l'originale quand on l'a reçue.

Pour ce qui est de la distinction entre racisme et antisémitisme, personnellement, je la réfute. Mais il se trouve que, lorsque j'ai dit que cette distinction me semblait mal fondée, je me suis fait reprendre (par beced, je crois, mais pas sûr). Du coup, je concède la distinction à ceux qui semblent y tenir,  parce que la faire ou pas ne change pas grand chose à mon analyse.
C'est pour cette raison que j'ai écrit :

LV a écrit:si l'on tient absolument à faire un distinguo


Dernière édition par LV426 le Sam 5 Fév 2022 - 12:26, édité 2 fois

beced aime ce message

Paulette
Paulette

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 13034
Date d'inscription : 13/06/2021

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Paulette Sam 5 Fév 2022 - 12:18

On dit qu'hitler s'est inspiré des "théories" de Jörg Lanz von Liebenfels

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Or, ce dernier parlait bien de races :
En 1905, il publie son essai Die Theozoologie, dans lequel il préconise la stérilisation des malades et, écrit-il, des « races inférieures », ainsi que leur mise au travail forcé, et glorifie la « race aryenne » en la dénommant « Gottmenschen » (Hommes-Dieux). Niant l'existence de Dieu, Lanz justifie son idéologie raciale en lui conférant cependant des fondements bibliques : Ève (qu’il considère quasi-divine) eut des relations avec un démon, et enfanta les « races inférieures » ; ce qui d’après lui démontre pourquoi les femmes blondes succombent souvent au charmes des « hommes sombres ». Cette situation ne peut être résolue que par un « dé-mélange racial », de façon que le « Chrétien Aryen » puisse « dominer à nouveau les hommes-bêtes à peau sombre » et ainsi accéder à la « divinité ».

A noter l'insistance sur l'adjectif "sombre".

Galadriel aime ce message

Flavius
Flavius
Administrateur
Administrateur


Messages : 26900
Date d'inscription : 17/12/2013
Localisation : Hérault

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Flavius Sam 5 Fév 2022 - 12:26

Paulette a écrit:On dit qu'hitler s'est inspiré des "théories" de Jörg Lanz von Liebenfels

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Or, ce dernier parlait bien de races :
En 1905, il publie son essai Die Theozoologie, dans lequel il préconise la stérilisation des malades et, écrit-il, des « races inférieures », ainsi que leur mise au travail forcé, et glorifie la « race aryenne » en la dénommant « Gottmenschen » (Hommes-Dieux). Niant l'existence de Dieu, Lanz justifie son idéologie raciale en lui conférant cependant des fondements bibliques : Ève (qu’il considère quasi-divine) eut des relations avec un démon, et enfanta les « races inférieures » ; ce qui d’après lui démontre pourquoi les femmes blondes succombent souvent au charmes des « hommes sombres ». Cette situation ne peut être résolue que par un « dé-mélange racial », de façon que le « Chrétien Aryen » puisse « dominer à nouveau les hommes-bêtes à peau sombre » et ainsi accéder à la « divinité ».

A noter l'insistance sur l'adjectif "sombre".
Dans l'histoire, on s'aperçoit que lorsque l'on veut se débarrasser d'une religion, on la remplace par une idéologie qui n'est qu'une autre religion avec ses rites et ses icones. 
Aujourd'hui, on a remplacé la race par l'espèce. Qu'est-ce que cela a changé ? On ne devrait plus parler de racisme, puisque même la science nous apprend que les races ça n'existe pas.

Galadriel aime ce message

Paulette
Paulette

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 13034
Date d'inscription : 13/06/2021

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Paulette Sam 5 Fév 2022 - 12:26

Flavius a écrit:
Dans l'histoire, on s'aperçoit que lorsque l'on veut se débarrasser d'une religion, on la remplace par une idéologie qui n'est qu'une autre religion avec ses rites et ses icones. 
Aujourd'hui, on a remplacé la race par l'espèce. Qu'est-ce que cela a changé ? On ne devrait plus parler de racisme, puisque même la science nous apprend que les races ça n'existe pas.
Exactement.
Flavius
Flavius
Administrateur
Administrateur


Messages : 26900
Date d'inscription : 17/12/2013
Localisation : Hérault

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Flavius Sam 5 Fév 2022 - 12:33

LV426 a écrit:
Flavius a écrit:

Au regard de ses propos, on ne peut pas dire que Whoopy soit une grande historienne, ni un penseur de grand niveau. A -t-elle voulu donner un gage au wokisme ambiant ? Je n'en sais rien, et puis je m'en fiche un peu. Les faits me suffisent. Pour le reste, je ne suis pas assez subtile pour comprendre toutes les distinctions que vous faites.

Ben excusez moi, mais on peut encore comprendre ce qu'à voulu dire une personne à partir de ses propos, sans pour autant les dévoyer. Vous pensez bien que si cela a fait un tel tollé que le doute n'est pas permis. Elle a été suspendue de sa chaîne, ce n'est pas pour une simple sottise. Et elle s'en est d'ailleurs excusée. C'est que les gens ont compris la même chose que moi.
Il est aussi arrivé des mésaventures assez analogues à Éric Zemmour.
La question n'est pas de savoir si on a bien ou mal compris l'information mais de savoir si elle était encore parfaitement fidèle à l'originale quand on l'a reçue.

Pour ce qui est de la distinction entre racisme et antisémitisme, personnellement, je la réfute. Mais il se trouve que, lorsque j'ai dit que cette distinction me semblait mal fondée, je me suis fait reprendre (par beced, je crois, mais pas sûr). Du coup, je concède la distinction à ceux qui semblent y tenir,  parce que la faire ou pas ne change pas grand chose à mon analyse.
C'est pour cette raison que j'ai écrit :

LV a écrit:si l'on tient absolument à faire un distinguo
Le problème de Zemmour, c'est qu'il ne développe pas ses "slogans" et ses opposants s'en servent.  Il ramasse trop ses idées, il synthétise trop. Il doit penser qu'étant un intellectuel il sera compris d'eux. Mais voila, on ne gagne pas des élections avec des slogans et des intellectuels. Et puis mal se faire comprendre, avec en plus quelques conneries, ça donne ce que ça donne.

Je ne sais pas si on peut comparer avec le fond de ce qu'a dit Whoopi Goldberg. Mais bon c'est une question d'interprétation et d'appréciation.

Je penserai plutôt comme vous en ce qui concerne la distinction entre racisme et antisémitisme.
beced
beced

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 37469
Date d'inscription : 31/12/2013

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par beced Sam 5 Fév 2022 - 12:57

Paulette a écrit:Je n'ai rien compris à cette affaire : Whoopie Goldberg a regretté qu'on ait banni l'étude de Maus dans certaines écoles américaines : de quoi la juge-t-on coupable, au juste ?
Elle a dit que l'Holocauste n'était pas une question de race, que c'était une question d'inhumanité des hommes envers les hommes : c'est vraiment scandaleux ?

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 2065525499

D'abord je trouve que la décision de "punir" WG en la bannissant pour 2 semaines est ridicule. Une sorte de déni à la liberté d'expression.Surtout dans la mesure où WG n'a certainement pas voulu blesser ou stigmatiser (tout son parcours professionnel et privé le montre suffisamment).
..
L'affaire du petit Tunisien bloqué dans un trou, HIroshima-Nagasaki, la prison à vie, le Bataclan, les marées noires, ..etc... peuvent être qualifiés de "drame", mais c'est à l'evidence insatisfaisant.
Les guerres, le terrorisme, l'esclavage, les génocides  peuvent tous être qualifiés de questions d'inhumanité des hommes envers les hommes: mais c'est insatisfaisant: même si dans le chef des auteurs de ces crimes  il y avait quelque chose de "il y a menace, et c'est   eux ou nous", mais sans remettre en cause l'humanité de l'adversaire ou de " l'autre".

Dans la Shoah, par contre ce n'est pas une question d'inhumanité, mais du refus de reconnaître l'humanité de l'autre: l'image de la déportation dans des wagons à boeuf résume "le drame".
NB. Les tsiganes utilisent le mot "porajmos" ayant le même sens que "shoah".

===============
Copié de "Causeur.fr ":
Whoopi Goldberg, la Shoah et les méandres de la doxa antiraciste
Les paroles pour le moins maladroites de l’actrice et animatrice américaine sont révélatrices d’un malaise profond dans le discours américain – et occidental – sur le racisme et l’histoire.

Analyse…
L’actrice américaine Whoopi Goldberg, depuis longtemps co-animatrice d’un magazine matinal, “The View”, sur ABC, a créé un esclandre cette semaine en déclarant au milieu de son émission que l’Holocauste perpétré par les Nazis n’était pas « une question de race. » Quels sont les tenants et aboutissants de cette affaire ? Qu’est-ce qu’elle nous révèle sur l’état de notre monde ?

Lundi 31 janvier, l’émission que co-anime Mme Goldberg aborde la décision prise par une académie dans l’Etat du Tennessee d’enlever du programme scolaire des collèges un certain nombre d’ouvrages comportant des scènes de nudité et des mots grossiers. Sur cette liste figure le célèbre roman graphique, Maus d’Art Spiegelman, une des œuvres les plus célèbres portant sur la Shoah. Condamnant avec ses co-animatrices cette interdiction – ce qui montre qu’elle n’est pas du tout antisémite – Mme Goldberg ajoute néanmoins que, selon elle, « l’Holocauste n’est pas une question de race. » Interrogée sur cette réflexion pour le moins curieuse, elle poursuit : « Il s’agit de l’inhumanité de l’homme envers son semblable. » Pour elle, le racisme n’a rien à voir là-dedans, car « il s’agit de deux groupes de Blancs. »

Le soir, elle est l’invitée du très démocrate Stephen Colbert, dans son talk show ultra-progressiste, “The Late Show”, sur le réseau CBS. Interrogée de nouveau sur ses remarques pour le moins curieuses, elle renchérit : « Comment pouvez-vous dire que c’est une question de race quand vous vous battez les uns contre les autres ? » Loin d’expliquer son opinion ou de s’excuser, elle empire son cas. A-t-on vraiment besoin de rappeler que la Shoah était un génocide et non une simple « bataille » (« se battre ») entre Blancs ? La terminologie qu’utilise Mme Goldberg révèle des suppositions étranges : « Les nazis avaient des problèmes avec l’ethnicité, pas avec la race. » Pour elle donc, la race est quelque chose de réel, basée sur la couleur de la peau, et l’ethnicité est une sous-catégorie de la race. Elle tente de se justifier : « En tant que Noire, je pense à la race comme à quelque chose de visible. » Afin d’expliciter cette notion, elle propose un exemple : si elle se trouvait dans la rue à côté d’un ami juif et que des membres du Ku Klux Klan arrivaient, c’est sur elle qu’ils fonceraient et pas sur son ami qui est blanc. A-t-on vraiment besoin de préciser combien cette image est insuffisante pour évoquer le racisme qui ne peut nullement être réduit à de telles situations ?

Un tweet où elle tente de s’excuser est publié après l’enregistrement de l’émission avec M. Colbert mais avant que l’entretien ne passe sur les ondes, donnant la fâcheuse impression qu’elle est revenue sur ses excuses. Enfin, mardi 1er février, sur “The View”, elle fait amende honorable et admet qu’elle avait tort. Pourtant, le lendemain, elle est quand même suspendue par sa chaîne, ABC, pendant deux semaines afin qu’elle puisse « réfléchir. » Réfléchissons de notre côté. Quel peut être le sens de cet épisode ?
Les leçons d’un esclandre

Cet épisode révèle-t-il une ignorance générale chez les Américains concernant la Shoah ? On a beaucoup parlé des résultats, publiés en 2020, d’une étude par le Pew Center. La plupart des interrogés savaient ce que c’était que l’Holocauste, mais moins de la moitié était capable de répondre correctement à quatre questions plus précises à ce sujet. Pourtant, il n’est pas certain que les Américains soient moins ignorants quant à l’histoire des États-Unis, ni que des Européens arrivent à un meilleur score à propos de la Shoah. De toute façon, Whoopi Goldberg ne s’est pas montrée ignorante, puisque son intervention a commencé par la défense d’un livre dont la lecture à l’école peut dissiper une telle ignorance.

Une autre explication est fournie par France-Inter. Le jeudi 3 février, Sonia Devillers, en toute neutralité, s’est empressée de porter secours à cette icône de la gauche démocrate américaine. Selon elle, les vrais coupables, ce sont les médias, et même le public : « Ce n’est pas d’une actrice qu’il faut faire le procès, c’est du système débilitant qui la fait parler de tout, tout le temps. » Cet alibi est peu convaincant. Sur “The View”, Mme Goldberg a insisté pour dire ce qu’elle avait à dire ; lors de l’entretien avec M. Colbert, elle a même persisté et signé en développant le même argument. Pourtant, la mauvaise foi inhérente à cette tentative de France-Inter pour rejeter la responsabilité sur notre prétendue soif insatiable de commentaires apporte un indice important : la vraie culpabilité est à chercher du côté des présuppositions de la doxa antiraciste contemporaine.

D’abord – et c’est l’aspect le plus évident – il y a une tendance à essentialiser la race. Cette dernière s’incarne dans la couleur de la peau et correspond donc à quelque chose de réel. Il y a une contradiction au cœur du discours de Whoopi Goldberg : les nazis auraient fantasmé l’existence une « race juive » pour justifier leur inhumanité, mais les non-Blancs représentent bien des races différentes. Il découle de ce principe que seuls les non-Blancs peuvent être victimes de racisme, plutôt que d’inhumanité.

C’est là que l’exemple de l’Holocauste devient embarrassant. En interrogeant Mme Goldberg, M. Colbert affirme que « la blancheur [whiteness] est une construction inventée par des puissances coloniales […] afin d’exploiter d’autres gens. » Il s’agit là d’une pierre angulaire de la « théorie critique de la race » (Critical race theory), cette idéologie politique qui tente actuellement de se faire passer pour une discipline universitaire. Toute forme de persécution et de discrimination tend à être vue principalement à travers le prisme de la blancheur. Pourtant, la tentative des nazis pour exterminer les juifs dément cette affirmation. Comme le fait aussi, l’antisémitisme dont les juifs ont été victimes aux États-Unis. Un exemple est le cas célèbre de Leo Frank qui, condamné injustement pour le viol et l’assassinat d’une petite fille, est lynché par une foule d’antisémites enragés en 1915. Ici, l’idéologie qui cherche à nous imposer une vision manichéenne de l’histoire en noir et blanc s’effondre.

Troisièmement, les paroles malheureuses de Whoopi Goldberg évoquent toutes la question des relations complexes entre Noirs et Juifs aux États-Unis, question des plus délicates puisqu’elle touche à la tendance des Afro-Américains à voir en les Juifs, soit des victimes de racisme, comme les Noirs, soit des Blancs racistes comme les autres. Un essai célèbre publié dans The New York Times en 1967 par l’écrivain et militant des droits civiques, James Baldwin, résume cette problématique : « Les Noirs sont antisémites parce qu’ils sont anti-Blancs. » Dans le pire des cas, on assiste à des dérives complotistes : en juillet 2020, deux people afro-américains, le footballeur DeSean Jackson et l’humoriste Nick Cannon, ont publié des remarques proclamant que les Noirs sont les vrais Hébreux et que les Juifs sont engagés dans une conspiration pour la domination mondiale. Ces déclarations relèvent d’une sous-culture influencée par des antisémites notoires, comme Louis Farrakhan, dirigeant de la Nation of Islam, qui accuse les Juifs d’avoir financé la traite des esclaves, accusation qu’il partage avec David Duke, l’ancien chef du KKK. Jackson et Cannon ont retiré leurs remarques, mais ce qui surnage ici c’est une sorte de rivalité des mémoires et des souffrances là où la solidarité serait plus logique. Ce qui prête à une confusion fâcheuse est l’usage occasionnel aux États-Unis du terme « Black Holocaust » pour désigner la traite atlantique et ses conséquences, car il invite à une comparaison entre des phénomènes qui constituent tous les deux des crimes contre l’humanité mais dont la nature est très différente. Un autre terme, « Maafa », dérivé d’un mot en swahili, serait moins ambigu. En France, on se souviendra en 2005 de l’affaire entourant l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau, qui a refusé la comparaison entre la Shoah et la traite.

Certes, Mme Goldberg est loin du monde du conspirationnisme antisémite, mais sa maladresse extrême constitue un sacré coup de pied dans cette fourmilière malsaine. Et cette maladresse trouve son origine dans le discours réducteur des antiracistes contemporains. De manière symbolique, les remarques de l’actrice-animatrice sont intervenues quelques jours après la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste qui, tous les 27 janvier, rappelle la libération du camp d’Auschwitz par les Soviétiques en 1945. En même temps, le 1er février marque le début aux États-Unis du Black History Month, le Mois de l’histoire des noirs. Que cet esclandre soit au moins l’occasion d’une meilleure compréhension de l’histoire. Pourtant, il ne s’agit pas seulement de regarder les faits historiques en face, mais surtout d’essuyer la buée idéologique sur nos lunettes qui brouille notre vision.

Paulette aime ce message

LV426
LV426

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 10086
Date d'inscription : 29/12/2013
Age : 20
Localisation : Bayeux

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par LV426 Sam 5 Fév 2022 - 13:31

beced a écrit:

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 2065525499

D'abord je trouve que la décision de "punir" WG en la bannissant pour 2 semaines est ridicule. Une sorte de déni à la liberté d'expression.Surtout dans la mesure où WG n'a certainement pas voulu blesser ou stigmatiser (tout son parcours professionnel et privé le montre suffisamment).
..
L'affaire du petit Tunisien bloqué dans un trou, HIroshima-Nagasaki, la prison à vie, le Bataclan, les marées noires, ..etc... peuvent être qualifiés de "drame", mais c'est à l'evidence insatisfaisant.
Les guerres, le terrorisme, l'esclavage, les génocides  peuvent tous être qualifiés de questions d'inhumanité des hommes envers les hommes: mais c'est insatisfaisant: même si dans le chef des auteurs de ces crimes  il y avait quelque chose de "il y a menace, et c'est   eux ou nous", mais sans remettre en cause l'humanité de l'adversaire ou de " l'autre".

Dans la Shoah, par contre ce n'est pas une question d'inhumanité, mais du refus de reconnaître l'humanité de l'autre: l'image de la déportation dans des wagons à boeuf résume "le drame".
NB. Les tsiganes utilisent le mot "porajmos" ayant le même sens que "shoah".

===============
Copié de "Causeur.fr ":
Whoopi Goldberg, la Shoah et les méandres de la doxa antiraciste
Les paroles pour le moins maladroites de l’actrice et animatrice américaine sont révélatrices d’un malaise profond dans le discours américain – et occidental – sur le racisme et l’histoire.

Analyse…
L’actrice américaine Whoopi Goldberg, depuis longtemps co-animatrice d’un magazine matinal, “The View”, sur ABC, a créé un esclandre cette semaine en déclarant au milieu de son émission que l’Holocauste perpétré par les Nazis n’était pas « une question de race. » Quels sont les tenants et aboutissants de cette affaire ? Qu’est-ce qu’elle nous révèle sur l’état de notre monde ?

Lundi 31 janvier, l’émission que co-anime Mme Goldberg aborde la décision prise par une académie dans l’Etat du Tennessee d’enlever du programme scolaire des collèges un certain nombre d’ouvrages comportant des scènes de nudité et des mots grossiers. Sur cette liste figure le célèbre roman graphique, Maus d’Art Spiegelman, une des œuvres les plus célèbres portant sur la Shoah. Condamnant avec ses co-animatrices cette interdiction – ce qui montre qu’elle n’est pas du tout antisémite – Mme Goldberg ajoute néanmoins que, selon elle, « l’Holocauste n’est pas une question de race. » Interrogée sur cette réflexion pour le moins curieuse, elle poursuit : « Il s’agit de l’inhumanité de l’homme envers son semblable. » Pour elle, le racisme n’a rien à voir là-dedans, car « il s’agit de deux groupes de Blancs. »

Le soir, elle est l’invitée du très démocrate Stephen Colbert, dans son talk show ultra-progressiste, “The Late Show”, sur le réseau CBS. Interrogée de nouveau sur ses remarques pour le moins curieuses, elle renchérit : « Comment pouvez-vous dire que c’est une question de race quand vous vous battez les uns contre les autres ? » Loin d’expliquer son opinion ou de s’excuser, elle empire son cas. A-t-on vraiment besoin de rappeler que la Shoah était un génocide et non une simple « bataille » (« se battre ») entre Blancs ? La terminologie qu’utilise Mme Goldberg révèle des suppositions étranges : « Les nazis avaient des problèmes avec l’ethnicité, pas avec la race. » Pour elle donc, la race est quelque chose de réel, basée sur la couleur de la peau, et l’ethnicité est une sous-catégorie de la race. Elle tente de se justifier : « En tant que Noire, je pense à la race comme à quelque chose de visible. » Afin d’expliciter cette notion, elle propose un exemple : si elle se trouvait dans la rue à côté d’un ami juif et que des membres du Ku Klux Klan arrivaient, c’est sur elle qu’ils fonceraient et pas sur son ami qui est blanc. A-t-on vraiment besoin de préciser combien cette image est insuffisante pour évoquer le racisme qui ne peut nullement être réduit à de telles situations ?

Un tweet où elle tente de s’excuser est publié après l’enregistrement de l’émission avec M. Colbert mais avant que l’entretien ne passe sur les ondes, donnant la fâcheuse impression qu’elle est revenue sur ses excuses. Enfin, mardi 1er février, sur “The View”, elle fait amende honorable et admet qu’elle avait tort. Pourtant, le lendemain, elle est quand même suspendue par sa chaîne, ABC, pendant deux semaines afin qu’elle puisse « réfléchir. » Réfléchissons de notre côté. Quel peut être le sens de cet épisode ?
Les leçons d’un esclandre

Cet épisode révèle-t-il une ignorance générale chez les Américains concernant la Shoah ? On a beaucoup parlé des résultats, publiés en 2020, d’une étude par le Pew Center. La plupart des interrogés savaient ce que c’était que l’Holocauste, mais moins de la moitié était capable de répondre correctement à quatre questions plus précises à ce sujet. Pourtant, il n’est pas certain que les Américains soient moins ignorants quant à l’histoire des États-Unis, ni que des Européens arrivent à un meilleur score à propos de la Shoah. De toute façon, Whoopi Goldberg ne s’est pas montrée ignorante, puisque son intervention a commencé par la défense d’un livre dont la lecture à l’école peut dissiper une telle ignorance.

Une autre explication est fournie par France-Inter. Le jeudi 3 février, Sonia Devillers, en toute neutralité, s’est empressée de porter secours à cette icône de la gauche démocrate américaine. Selon elle, les vrais coupables, ce sont les médias, et même le public : « Ce n’est pas d’une actrice qu’il faut faire le procès, c’est du système débilitant qui la fait parler de tout, tout le temps. » Cet alibi est peu convaincant. Sur “The View”, Mme Goldberg a insisté pour dire ce qu’elle avait à dire ; lors de l’entretien avec M. Colbert, elle a même persisté et signé en développant le même argument. Pourtant, la mauvaise foi inhérente à cette tentative de France-Inter pour rejeter la responsabilité sur notre prétendue soif insatiable de commentaires apporte un indice important : la vraie culpabilité est à chercher du côté des présuppositions de la doxa antiraciste contemporaine.

D’abord – et c’est l’aspect le plus évident – il y a une tendance à essentialiser la race. Cette dernière s’incarne dans la couleur de la peau et correspond donc à quelque chose de réel. Il y a une contradiction au cœur du discours de Whoopi Goldberg : les nazis auraient fantasmé l’existence une « race juive » pour justifier leur inhumanité, mais les non-Blancs représentent bien des races différentes. Il découle de ce principe que seuls les non-Blancs peuvent être victimes de racisme, plutôt que d’inhumanité.

C’est là que l’exemple de l’Holocauste devient embarrassant. En interrogeant Mme Goldberg, M. Colbert affirme que « la blancheur [whiteness] est une construction inventée par des puissances coloniales […] afin d’exploiter d’autres gens. » Il s’agit là d’une pierre angulaire de la « théorie critique de la race » (Critical race theory), cette idéologie politique qui tente actuellement de se faire passer pour une discipline universitaire. Toute forme de persécution et de discrimination tend à être vue principalement à travers le prisme de la blancheur. Pourtant, la tentative des nazis pour exterminer les juifs dément cette affirmation. Comme le fait aussi, l’antisémitisme dont les juifs ont été victimes aux États-Unis. Un exemple est le cas célèbre de Leo Frank qui, condamné injustement pour le viol et l’assassinat d’une petite fille, est lynché par une foule d’antisémites enragés en 1915. Ici, l’idéologie qui cherche à nous imposer une vision manichéenne de l’histoire en noir et blanc s’effondre.

Troisièmement, les paroles malheureuses de Whoopi Goldberg évoquent toutes la question des relations complexes entre Noirs et Juifs aux États-Unis, question des plus délicates puisqu’elle touche à la tendance des Afro-Américains à voir en les Juifs, soit des victimes de racisme, comme les Noirs, soit des Blancs racistes comme les autres. Un essai célèbre publié dans The New York Times en 1967 par l’écrivain et militant des droits civiques, James Baldwin, résume cette problématique : « Les Noirs sont antisémites parce qu’ils sont anti-Blancs. » Dans le pire des cas, on assiste à des dérives complotistes : en juillet 2020, deux people afro-américains, le footballeur DeSean Jackson et l’humoriste Nick Cannon, ont publié des remarques proclamant que les Noirs sont les vrais Hébreux et que les Juifs sont engagés dans une conspiration pour la domination mondiale. Ces déclarations relèvent d’une sous-culture influencée par des antisémites notoires, comme Louis Farrakhan, dirigeant de la Nation of Islam, qui accuse les Juifs d’avoir financé la traite des esclaves, accusation qu’il partage avec David Duke, l’ancien chef du KKK. Jackson et Cannon ont retiré leurs remarques, mais ce qui surnage ici c’est une sorte de rivalité des mémoires et des souffrances là où la solidarité serait plus logique. Ce qui prête à une confusion fâcheuse est l’usage occasionnel aux États-Unis du terme « Black Holocaust » pour désigner la traite atlantique et ses conséquences, car il invite à une comparaison entre des phénomènes qui constituent tous les deux des crimes contre l’humanité mais dont la nature est très différente. Un autre terme, « Maafa », dérivé d’un mot en swahili, serait moins ambigu. En France, on se souviendra en 2005 de l’affaire entourant l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau, qui a refusé la comparaison entre la Shoah et la traite.

Certes, Mme Goldberg est loin du monde du conspirationnisme antisémite, mais sa maladresse extrême constitue un sacré coup de pied dans cette fourmilière malsaine. Et cette maladresse trouve son origine dans le discours réducteur des antiracistes contemporains. De manière symbolique, les remarques de l’actrice-animatrice sont intervenues quelques jours après la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste qui, tous les 27 janvier, rappelle la libération du camp d’Auschwitz par les Soviétiques en 1945. En même temps, le 1er février marque le début aux États-Unis du Black History Month, le Mois de l’histoire des noirs. Que cet esclandre soit au moins l’occasion d’une meilleure compréhension de l’histoire. Pourtant, il ne s’agit pas seulement de regarder les faits historiques en face, mais surtout d’essuyer la buée idéologique sur nos lunettes qui brouille notre vision.
Intéressant.
Mais...

Il découle de ce principe que seuls les non-Blancs peuvent être victimes de racisme, plutôt que d’inhumanité.

Ben non. Il découle de ce principe que le racisme ne peut exister qu'entre deux communautés de couleurs de peau différentes, c'est-à-dire quand des noirs sont victimes de blancs ou des blancs victimes de noirs.


Le principe générateur est faux naturellement. Il n'empêche que l'affirmation de Whoopie Goldberg ne "bloque" pas l'éventualité que j'ai éditée en vert.
Rien, dans son propos, n'indique que les noirs ne peuvent pas être racistes.

Bien sûr, il n'est pas exclu qu'elle le pense. 
Si c'est le cas, elle a tort. Le racisme est un germe qui existe dans chacun des humains de la planète et il n'y aucune raison que les noirs en soient indemnes.
Flavius
Flavius
Administrateur
Administrateur


Messages : 26900
Date d'inscription : 17/12/2013
Localisation : Hérault

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Flavius Sam 5 Fév 2022 - 13:43

LV426 a écrit:
beced a écrit:

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 2065525499

D'abord je trouve que la décision de "punir" WG en la bannissant pour 2 semaines est ridicule. Une sorte de déni à la liberté d'expression.Surtout dans la mesure où WG n'a certainement pas voulu blesser ou stigmatiser (tout son parcours professionnel et privé le montre suffisamment).
..
L'affaire du petit Tunisien bloqué dans un trou, HIroshima-Nagasaki, la prison à vie, le Bataclan, les marées noires, ..etc... peuvent être qualifiés de "drame", mais c'est à l'evidence insatisfaisant.
Les guerres, le terrorisme, l'esclavage, les génocides  peuvent tous être qualifiés de questions d'inhumanité des hommes envers les hommes: mais c'est insatisfaisant: même si dans le chef des auteurs de ces crimes  il y avait quelque chose de "il y a menace, et c'est   eux ou nous", mais sans remettre en cause l'humanité de l'adversaire ou de " l'autre".

Dans la Shoah, par contre ce n'est pas une question d'inhumanité, mais du refus de reconnaître l'humanité de l'autre: l'image de la déportation dans des wagons à boeuf résume "le drame".
NB. Les tsiganes utilisent le mot "porajmos" ayant le même sens que "shoah".

===============
Copié de "Causeur.fr ":
Whoopi Goldberg, la Shoah et les méandres de la doxa antiraciste
Les paroles pour le moins maladroites de l’actrice et animatrice américaine sont révélatrices d’un malaise profond dans le discours américain – et occidental – sur le racisme et l’histoire.

Analyse…
L’actrice américaine Whoopi Goldberg, depuis longtemps co-animatrice d’un magazine matinal, “The View”, sur ABC, a créé un esclandre cette semaine en déclarant au milieu de son émission que l’Holocauste perpétré par les Nazis n’était pas « une question de race. » Quels sont les tenants et aboutissants de cette affaire ? Qu’est-ce qu’elle nous révèle sur l’état de notre monde ?

Lundi 31 janvier, l’émission que co-anime Mme Goldberg aborde la décision prise par une académie dans l’Etat du Tennessee d’enlever du programme scolaire des collèges un certain nombre d’ouvrages comportant des scènes de nudité et des mots grossiers. Sur cette liste figure le célèbre roman graphique, Maus d’Art Spiegelman, une des œuvres les plus célèbres portant sur la Shoah. Condamnant avec ses co-animatrices cette interdiction – ce qui montre qu’elle n’est pas du tout antisémite – Mme Goldberg ajoute néanmoins que, selon elle, « l’Holocauste n’est pas une question de race. » Interrogée sur cette réflexion pour le moins curieuse, elle poursuit : « Il s’agit de l’inhumanité de l’homme envers son semblable. » Pour elle, le racisme n’a rien à voir là-dedans, car « il s’agit de deux groupes de Blancs. »

Le soir, elle est l’invitée du très démocrate Stephen Colbert, dans son talk show ultra-progressiste, “The Late Show”, sur le réseau CBS. Interrogée de nouveau sur ses remarques pour le moins curieuses, elle renchérit : « Comment pouvez-vous dire que c’est une question de race quand vous vous battez les uns contre les autres ? » Loin d’expliquer son opinion ou de s’excuser, elle empire son cas. A-t-on vraiment besoin de rappeler que la Shoah était un génocide et non une simple « bataille » (« se battre ») entre Blancs ? La terminologie qu’utilise Mme Goldberg révèle des suppositions étranges : « Les nazis avaient des problèmes avec l’ethnicité, pas avec la race. » Pour elle donc, la race est quelque chose de réel, basée sur la couleur de la peau, et l’ethnicité est une sous-catégorie de la race. Elle tente de se justifier : « En tant que Noire, je pense à la race comme à quelque chose de visible. » Afin d’expliciter cette notion, elle propose un exemple : si elle se trouvait dans la rue à côté d’un ami juif et que des membres du Ku Klux Klan arrivaient, c’est sur elle qu’ils fonceraient et pas sur son ami qui est blanc. A-t-on vraiment besoin de préciser combien cette image est insuffisante pour évoquer le racisme qui ne peut nullement être réduit à de telles situations ?

Un tweet où elle tente de s’excuser est publié après l’enregistrement de l’émission avec M. Colbert mais avant que l’entretien ne passe sur les ondes, donnant la fâcheuse impression qu’elle est revenue sur ses excuses. Enfin, mardi 1er février, sur “The View”, elle fait amende honorable et admet qu’elle avait tort. Pourtant, le lendemain, elle est quand même suspendue par sa chaîne, ABC, pendant deux semaines afin qu’elle puisse « réfléchir. » Réfléchissons de notre côté. Quel peut être le sens de cet épisode ?
Les leçons d’un esclandre

Cet épisode révèle-t-il une ignorance générale chez les Américains concernant la Shoah ? On a beaucoup parlé des résultats, publiés en 2020, d’une étude par le Pew Center. La plupart des interrogés savaient ce que c’était que l’Holocauste, mais moins de la moitié était capable de répondre correctement à quatre questions plus précises à ce sujet. Pourtant, il n’est pas certain que les Américains soient moins ignorants quant à l’histoire des États-Unis, ni que des Européens arrivent à un meilleur score à propos de la Shoah. De toute façon, Whoopi Goldberg ne s’est pas montrée ignorante, puisque son intervention a commencé par la défense d’un livre dont la lecture à l’école peut dissiper une telle ignorance.

Une autre explication est fournie par France-Inter. Le jeudi 3 février, Sonia Devillers, en toute neutralité, s’est empressée de porter secours à cette icône de la gauche démocrate américaine. Selon elle, les vrais coupables, ce sont les médias, et même le public : « Ce n’est pas d’une actrice qu’il faut faire le procès, c’est du système débilitant qui la fait parler de tout, tout le temps. » Cet alibi est peu convaincant. Sur “The View”, Mme Goldberg a insisté pour dire ce qu’elle avait à dire ; lors de l’entretien avec M. Colbert, elle a même persisté et signé en développant le même argument. Pourtant, la mauvaise foi inhérente à cette tentative de France-Inter pour rejeter la responsabilité sur notre prétendue soif insatiable de commentaires apporte un indice important : la vraie culpabilité est à chercher du côté des présuppositions de la doxa antiraciste contemporaine.

D’abord – et c’est l’aspect le plus évident – il y a une tendance à essentialiser la race. Cette dernière s’incarne dans la couleur de la peau et correspond donc à quelque chose de réel. Il y a une contradiction au cœur du discours de Whoopi Goldberg : les nazis auraient fantasmé l’existence une « race juive » pour justifier leur inhumanité, mais les non-Blancs représentent bien des races différentes. Il découle de ce principe que seuls les non-Blancs peuvent être victimes de racisme, plutôt que d’inhumanité.

C’est là que l’exemple de l’Holocauste devient embarrassant. En interrogeant Mme Goldberg, M. Colbert affirme que « la blancheur [whiteness] est une construction inventée par des puissances coloniales […] afin d’exploiter d’autres gens. » Il s’agit là d’une pierre angulaire de la « théorie critique de la race » (Critical race theory), cette idéologie politique qui tente actuellement de se faire passer pour une discipline universitaire. Toute forme de persécution et de discrimination tend à être vue principalement à travers le prisme de la blancheur. Pourtant, la tentative des nazis pour exterminer les juifs dément cette affirmation. Comme le fait aussi, l’antisémitisme dont les juifs ont été victimes aux États-Unis. Un exemple est le cas célèbre de Leo Frank qui, condamné injustement pour le viol et l’assassinat d’une petite fille, est lynché par une foule d’antisémites enragés en 1915. Ici, l’idéologie qui cherche à nous imposer une vision manichéenne de l’histoire en noir et blanc s’effondre.

Troisièmement, les paroles malheureuses de Whoopi Goldberg évoquent toutes la question des relations complexes entre Noirs et Juifs aux États-Unis, question des plus délicates puisqu’elle touche à la tendance des Afro-Américains à voir en les Juifs, soit des victimes de racisme, comme les Noirs, soit des Blancs racistes comme les autres. Un essai célèbre publié dans The New York Times en 1967 par l’écrivain et militant des droits civiques, James Baldwin, résume cette problématique : « Les Noirs sont antisémites parce qu’ils sont anti-Blancs. » Dans le pire des cas, on assiste à des dérives complotistes : en juillet 2020, deux people afro-américains, le footballeur DeSean Jackson et l’humoriste Nick Cannon, ont publié des remarques proclamant que les Noirs sont les vrais Hébreux et que les Juifs sont engagés dans une conspiration pour la domination mondiale. Ces déclarations relèvent d’une sous-culture influencée par des antisémites notoires, comme Louis Farrakhan, dirigeant de la Nation of Islam, qui accuse les Juifs d’avoir financé la traite des esclaves, accusation qu’il partage avec David Duke, l’ancien chef du KKK. Jackson et Cannon ont retiré leurs remarques, mais ce qui surnage ici c’est une sorte de rivalité des mémoires et des souffrances là où la solidarité serait plus logique. Ce qui prête à une confusion fâcheuse est l’usage occasionnel aux États-Unis du terme « Black Holocaust » pour désigner la traite atlantique et ses conséquences, car il invite à une comparaison entre des phénomènes qui constituent tous les deux des crimes contre l’humanité mais dont la nature est très différente. Un autre terme, « Maafa », dérivé d’un mot en swahili, serait moins ambigu. En France, on se souviendra en 2005 de l’affaire entourant l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau, qui a refusé la comparaison entre la Shoah et la traite.

Certes, Mme Goldberg est loin du monde du conspirationnisme antisémite, mais sa maladresse extrême constitue un sacré coup de pied dans cette fourmilière malsaine. Et cette maladresse trouve son origine dans le discours réducteur des antiracistes contemporains. De manière symbolique, les remarques de l’actrice-animatrice sont intervenues quelques jours après la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste qui, tous les 27 janvier, rappelle la libération du camp d’Auschwitz par les Soviétiques en 1945. En même temps, le 1er février marque le début aux États-Unis du Black History Month, le Mois de l’histoire des noirs. Que cet esclandre soit au moins l’occasion d’une meilleure compréhension de l’histoire. Pourtant, il ne s’agit pas seulement de regarder les faits historiques en face, mais surtout d’essuyer la buée idéologique sur nos lunettes qui brouille notre vision.
Intéressant.
Mais...

Il découle de ce principe que seuls les non-Blancs peuvent être victimes de racisme, plutôt que d’inhumanité.

Ben non. Il découle de ce principe que le racisme ne peut exister qu'entre deux communautés de couleurs de peau différentes, c'est-à-dire quand des noirs sont victimes de blancs ou des blancs victimes de noirs.


Le principe générateur est faux naturellement. Il n'empêche que l'affirmation de Whoopie Goldberg ne "bloque" pas l'éventualité que j'ai éditée en vert.
Si l'on se réfère au wokisme vous auriez tort.
Si vous considérez que Whoopi n'est pas engagée dans ce mouvement, vous auriez raison. Moi je pense, qu'elle n'est peu-être pas engagée. Je lui laisse le bénéfice du doute. Mais qu'elle est voulu lui donner un gage, j'en suis persuadé. C'est tellement dans l'air du temps...!
beced
beced

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 37469
Date d'inscription : 31/12/2013

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par beced Sam 5 Fév 2022 - 17:03

LV426 a écrit:
Intéressant.
Mais...



Ben non. Il découle de ce principe que le racisme ne peut exister qu'entre deux communautés de couleurs de peau différentes, c'est-à-dire quand des noirs sont victimes de blancs ou des blancs victimes de noirs.


Le principe générateur est faux naturellement. Il n'empêche que l'affirmation de Whoopie Goldberg ne "bloque" pas l'éventualité que j'ai éditée en vert.
Rien, dans son propos, n'indique que les noirs ne peuvent pas être racistes.

Bien sûr, il n'est pas exclu qu'elle le pense. 
Si c'est le cas, elle a tort. Le racisme est un germe qui existe dans chacun des humains de la planète et il n'y aucune raison que les noirs en soient indemnes.

Le raisonnement, selon moi, est biaisé ou ne tient pas compte du fait qu'au départ ce sont les Nazis qui parlent d'abord de "la race aryenne" (vs le reste de l'humanité).
Ironiquement en se basant sur ce principe, le reste de l'humanité est capable des mêmes défauts et des même qualités ( y compris les Belges ) ....
Shocked .
.
.
.

Galadriel aime ce message

avatar
Invité
Invité


Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Invité Sam 5 Fév 2022 - 20:10

Paulette a écrit:Je n'ai rien compris à cette affaire : Whoopie Goldberg a regretté qu'on ait banni l'étude de Maus dans certaines écoles américaines : de quoi la juge-t-on coupable, au juste ?
Elle a dit que l'Holocauste n'était pas une question de race, que c'était une question d'inhumanité des hommes envers les hommes : c'est vraiment scandaleux ?
Ça l'est dans la mesure où il s'agissait bien de racisme de la part des nazis et que dire que ça ne l'est pas, c'est nier le racisme des nazis dans la mesure où ils pensaient faire partie de la race supérieure et considéraient les juifs, les noirs, les tsiganes... comme des êtres inférieurs.
avatar
Invité
Invité


Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Invité Sam 5 Fév 2022 - 20:13

LV426 a écrit:
Si, vraiment, son discours est rapporté tel qu'il a été prononcé (je me méfie de l'effet "téléphone arabe", d'autant davantage quand une traduction figure dans l'équation), il ne tient pas debout. 

Déjà, elle met sur le même plan ce qui relève du mobile (racisme) et ce qui relève du phénomène (acte inhumain).

Ensuite, il est exorbitant de nier que le racisme soit le mobile essentiel de l'Holocauste. Certes, on n'est pas obligé de l'appeler racisme, mais racisme et antisémitisme -- si l'on tient absolument à faire un distinguo -- sont deux rejetons d'un même parent, cet atavisme typiquement humain que l'on peut appeler le EUX contre NOUS.


Je suis également étonné (plutôt amusé qu'étonné, en fait) par son "A la limite, on peut dire....", comme si c'était quelque chose qu'elle consentait à concéder.

En revanche, je ne vous suis pas sur votre remarque ironique c'est bien connu, un noir ne peut être raciste.
Même si c'est une idée qui existe, je ne vois rien, dans la citation rapportée, qui présuppose cela.
Ce qui fait le racisme, c'est le sentiment d'appartenir à la race supérieure aryenne, ce qui fait de tous les autres groupes humains des races inférieures.
Paulette
Paulette

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 13034
Date d'inscription : 13/06/2021

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Paulette Sam 5 Fév 2022 - 20:16

Azalee a écrit:
Ça l'est dans la mesure où il s'agissait bien de racisme de la part des nazis et que dire que ça ne l'est pas, c'est nier le racisme des nazis dans la mesure où ils pensaient faire partie de la race supérieure et considéraient les juifs, les noirs, les tsiganes... comme des êtres inférieurs.
Oui, en effet, j'ai depuis bien compris où le bât blessait vraiment.
Si elle a eu des cours d'histoire sur la Shoah, elle n'a pas dû bien écouter.

Flavius et beced aiment ce message

avatar
Invité
Invité


Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Invité Sam 5 Fév 2022 - 20:19

beced a écrit:
Le raisonnement, selon moi,  est biaisé ou ne tient pas compte du fait qu'au départ ce sont les Nazis qui parlent d'abord de "la race aryenne"  (vs le reste de l'humanité).
Ironiquement en se basant sur ce principe, le reste de l'humanité est capable des mêmes défauts et des même qualités ( y compris les Belges ) ....
Shocked .
.
.
.
Exactement. Ce qui détermine le racisme d'un acte, c'est d'abord ce qui motive les auteurs de ces actes.
Dans le cas des nazis, ça ne laisse aucun doute là-dessus.
avatar
Invité
Invité


Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Invité Sam 5 Fév 2022 - 20:22

Azalee a écrit:
Whoopy Goldberg ne fait que répéter le discours woke.
C'est ignorer les théories racistes des nazis. C'est juste être bête et dégueulasse.

Comme ça l'est de dire que la création du ghetto de Varsovie a été une mesure hygiéniste pour protéger les juifs du typhus.
Je m'autocite pour corriger. Ça n'était pas pour protéger les juifs du typhus, mais les non-juifs, comme si eux-mêmes ne pouvaient pas transmettre la maladie.
Paulette
Paulette

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Default6


Messages : 13034
Date d'inscription : 13/06/2021

Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Paulette Sam 5 Fév 2022 - 20:22

En fait, ce que je ne comprenais pas, c'est qu'elle s'élevait contre la suppression de l'étude de Maus dans certaines écoles, donc elle me semblait à cause de cela vouloir que les jeunes connaissent bien la Shoah.

Contenu sponsorisé


Antisémitisme, racisme et xénophobie - Page 33 Empty Re: Antisémitisme, racisme et xénophobie

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mer 6 Juil 2022 - 9:53