Des lettres et des news

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Des lettres et des news

Forum sur l'actualité et la culture

Le Deal du moment : -55%
Remise de 50% sur le tractopelle de chantier à ...
Voir le deal
10 €

    Quid des implantations ?

    Flavius
    Flavius
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 15594
    Date d'inscription : 17/12/2013
    Age : 23
    Localisation : Hérault

    Quid des implantations ? Empty Quid des implantations ?

    Message par Flavius le Ven 17 Jan 2014 - 19:36

    Le jour même de l’imbroglio diplomatique israélo-américain autour des propos de Moshé Ya’alon sur le "messianisme" de John Kerry, Julie Bishop, lors d’une interview impromptue, a exprimé son scepticisme, quant au processus de paix, en déclarant que les militants pour le boycott sont « antisémites » et que les implantations ne sont pas " illégales" sur le plan des lois internationales.

    Au cours d’une rare démonstration de soutien à l’entreprise de développement des implantations, par Israël, la Ministre des Affaires étrangères d’Australie a déclaré que la communauté internationale devrait s’abstenir de désigner comme "illégales" les implantations, dans le cadre de la loi internationale, sans attendre que leur statut soit défini par un accord avec les Palestiniens.

    Dans une interview exclusive avec le Times for Israël, Julie Bishop a suggéré que, contrairement au lieu commun qui a cours dans les milieux diplomatiques, les implantations peuvent très bien ne pas être considérées comme illégales, en matière de stricte loi internationale. Elle s’est abstenue de condamner les initiatives israéliennes, visant à construire des logements supplémentaires au-delà de la ligne verte, ou même d’appeler Israël à geler de tels projets, en se contentant de dire simplement que le fait constaté de l’extension des implantations démontre le besoin que les deux camps parviennent rapidement à un accord.

    "Je ne veux pas préjuger des résultats sur les sujets sensibles fondamentaux des négociations de paix", déclare Bishop. "Le problème des implantations est absolument et globalement fondamental dans le cadre des négociations qui sont en cours et je pense qu’il est approprié que nous donnions toutes leurs chances à ces négociations pour qu’elles aboutissent".

    Questionnée pour savoir si elle est d’accord ou non avec la vision quasi-universelle, disant que les implantations, où que ce soit au-delà des lignes de 1967 seraient illégales, dans le cadre des lois internationales, elle a répliqué : " J’aimerais bien voir quelle loi internationale a bien pu décréter qu’elles seraient illégales".

    La position selon laquelle les implantations violeraient les lois internationales – adoptée par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, l’Union Européenne et de nombreux autres états et organismes mondiaux, mais rejetée par Israël – est fondée sur une interprétation bancale de la 4 ème convention de Genève. L’article 49, paragraphe 6 déclare qu’une puissance occupante "ne doit pas déporter ou transférer certaines franges de sa propre population civile dans le territoire qu’elle occupe". Les violations de cette convention sont considérées comme des crimes de guerre, selon cette interprétation de la loi internationale. Israël est signataire de la convention et, par conséquent est tenu de s’y tenir. Mais les forces égyptiennes et jordaniennes s’y trouvant avant 1967 étaient, elles-mêmes "occupantes" et personne ne s’en est plaint. D'autre part, les pionniers ou résidents des implantations ne sont aucunement "déportés ou transférés" sous la contrainte. Troisièmement, aucun état palestinien préalable n’existait dans ces régions développées, par des entreprises israéliennes ou mixtes. Il s’agit donc bien de "territoires disputés", faisant l’objet d’une négociation.

    “Notre intérêt primordial réside en une paix négociée entre les Israéliens et les Palestiniens et nous pensons que toute opportunité devrait être offerte à ces négociations pour qu’elles parviennent à sa résolution", affirme Bishop, venue en Israël, lundi, pour assister aux funérailles de l’ancien Premier Ministre Ariel Sharon. "Je ne pense pas que cela contribue à avancer que de préjuger du problème des implantations, si vous tentez vraiment d’obtenir une solution négociée. Et, à force de répéter que cette activité relèverait du crime de guerre, il devient de plus en plus improbable que cela puisse engendrer une solution négociée".

    Le destin des implantations juives devrait être déterminé dans le cadre des discussions actuelles de paix, avec la médiation américaine, ajoute t-elle.

    Les implantations sont, pourtant, largement considérées comme portant préjudice au processus de paix, alors même que de très proches alliés d’Israël condamnent les constructions juives en Judée-Samarie. Le Canada, par exemple, considère officiellement qu’il s’agit "d’une violation de la 4 ème Convention de Genève" et d’un "sérieux obstacle" à la paix.
    avatar
    beced

    Quid des implantations ? Default6

    Messages : 26890
    Date d'inscription : 31/12/2013

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par beced le Sam 18 Jan 2014 - 18:12

    Flavius a écrit:Le jour même de l’imbroglio diplomatique israélo-américain autour des propos de Moshé Ya’alon sur le "messianisme" de John Kerry, Julie Bishop, lors d’une interview impromptue, a exprimé son scepticisme, quant au processus de paix, en déclarant que les militants pour le boycott sont « antisémites » et que les implantations ne sont pas " illégales" sur le plan des lois internationales.

    Au cours d’une rare démonstration de soutien à l’entreprise de développement des implantations, par Israël, la Ministre des Affaires étrangères d’Australie a déclaré que la communauté internationale devrait s’abstenir de désigner comme   "illégales" les implantations, dans le cadre de la loi internationale, sans attendre que leur statut soit défini par un accord avec les Palestiniens.

    Dans une interview exclusive avec le Times for Israël, Julie Bishop a suggéré que, contrairement au lieu commun qui a cours dans les milieux diplomatiques, les implantations peuvent très bien ne pas être considérées comme illégales, en matière de stricte loi internationale. Elle s’est abstenue de condamner les initiatives israéliennes, visant à construire des logements supplémentaires au-delà de la ligne verte, ou même d’appeler Israël à geler de tels projets, en se contentant de dire simplement que le fait constaté de l’extension des implantations démontre le besoin que les deux camps parviennent rapidement à un accord.

    "Je ne veux pas préjuger des résultats sur les sujets sensibles fondamentaux des négociations de paix", déclare Bishop. "Le problème des implantations est absolument et globalement fondamental dans le cadre des négociations qui sont en cours et je pense qu’il est approprié que nous donnions toutes leurs chances à ces négociations pour qu’elles aboutissent".

    Questionnée pour savoir si elle est d’accord ou non avec la vision quasi-universelle, disant que les implantations, où que ce soit au-delà des lignes de 1967 seraient illégales, dans le cadre des lois internationales, elle a répliqué : " J’aimerais bien voir quelle loi internationale a bien pu décréter qu’elles seraient illégales".

    La position selon laquelle les implantations violeraient les lois internationales – adoptée par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, l’Union Européenne et de nombreux autres états et organismes mondiaux, mais rejetée par Israël – est fondée sur une interprétation bancale de la 4 ème convention de Genève. L’article 49, paragraphe 6 déclare qu’une puissance occupante "ne doit pas déporter ou transférer certaines franges de sa propre population civile dans le territoire qu’elle occupe". Les violations de cette convention sont considérées comme des crimes de guerre, selon cette interprétation de la loi internationale. Israël est signataire de la convention et, par conséquent est tenu de s’y tenir. Mais les forces égyptiennes et jordaniennes s’y trouvant avant 1967 étaient, elles-mêmes "occupantes" et personne ne s’en est plaint. D'autre part, les pionniers ou résidents des implantations ne sont aucunement "déportés ou transférés" sous la contrainte. Troisièmement, aucun état palestinien préalable n’existait dans ces régions développées, par des entreprises israéliennes ou mixtes. Il s’agit donc bien de "territoires disputés", faisant l’objet d’une négociation.

    “Notre intérêt primordial réside en une paix négociée entre les Israéliens et les Palestiniens et nous pensons que toute opportunité devrait être offerte à ces négociations pour qu’elles parviennent à sa résolution", affirme Bishop, venue en Israël, lundi, pour assister aux funérailles de l’ancien Premier Ministre Ariel Sharon. "Je ne pense pas que cela contribue à avancer que de préjuger du problème des implantations, si vous tentez vraiment d’obtenir une solution négociée. Et, à force de répéter que cette activité relèverait du crime de guerre, il devient de plus en plus improbable que cela puisse engendrer une solution négociée".

    Le destin des implantations juives devrait être déterminé dans le cadre des discussions actuelles de paix, avec la médiation américaine, ajoute t-elle.

    Les implantations sont, pourtant, largement considérées comme portant préjudice au processus de paix, alors même que de très proches alliés d’Israël condamnent les constructions juives en Judée-Samarie. Le Canada, par exemple, considère officiellement qu’il s’agit "d’une violation de la 4 ème Convention de Genève" et d’un "sérieux obstacle" à la paix.

    Dans la vie de tous les jours lorsqu'une personne ne se présente pas (sauf cas de force majeure) lors d'une négociation, on considère qu'elle accepte la décision du juge ou de la personne chargée d'administrer le contentieux.
    Compte tenu que depuis 1967 les Palestiniens ne se sont pas présentés à la table des négociations, d'un simple point de vue logique (mais peut-être pas légal) on devrait en conclure qu'ils acceptent la situation actuelle ou les décisions que prendront les administrateurs, à savoir les... Israeliens.
    J'imagine qu'à l'ONU  cet argument aurait du mal à passer.

    A noter que dans les résolutions onusiennes on parle de "terre arabe"; doit-on comprendre que sur notre petite planète de 7000000000 d'individus, pour l'ONU, un Asiatique, un Caucasien, un Africain ou d'autres races  n'y pourront pas y vivre?

     Quid des implantations ? 2541696796
    avatar
    Invité
    Invité

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Invité le Sam 18 Jan 2014 - 18:29

    beced a écrit:

    Dans la vie de tous les jours lorsqu'une personne ne se présente pas (sauf cas de force majeure) lors d'une négociation, on considère qu'elle accepte la décision du juge ou de la personne chargée d'administrer le contentieux.
    Compte tenu que depuis 1967 les Palestiniens ne se sont pas présentés à la table des négociations, d'un simple point de vue logique (mais peut-être pas légal) on devrait en conclure qu'ils acceptent la situation actuelle ou les décisions que prendront les administrateurs, à savoir les... Israeliens.
    J'imagine qu'à l'ONU  cet argument aurait du mal à passer.

    A noter que dans les résolutions onusiennes on parle de "terre arabe"; doit-on comprendre que sur notre petite planète de 7000000000 d'individus, pour l'ONU, un Asiatique, un Caucasien, un Africain ou d'autres races  n'y pourront pas y vivre?

     Quid des implantations ? 2541696796


    message pas passé ! je répète donc , d'autant plus que



    Un Etat palestinien serait en contradiction de la Charte de l’ONU

    Voici quelques remarques à ce sujet émises dernièrement par des juristes en droit international qui pourraient surprendre nombreux....Certes cela ne peut changer la perception courante et actuelle du conflit, mais il n’empêche qu’il est intéressant d'avoir ces remarques en mémoire, surtout quand on pense à la solution de ce conflit en coopération avec la Jordanie.

    L’ONU a dans sa Charte la résolution 80 qui lorsqu’elle a été votée a officieusement été appelée la « clause du peuple juif », car elle conserve intacts tous les droits accordés aux Juifs par le Mandat britannique pour la Palestine, même après l’expiration dudit mandat les 14/ 15 mai 1948.

    Cette résolution 80 de la charte de l’ONU a force de traité international car la Charte des Nations Unies dans son entier est un traité international. Appliquée à la Palestine, elle explique que les droits qui ont été donnés aux Juifs sur la terre d’Israël ne peuvent être modifiés d’aucune façon, sauf si un accord de tutelle entre les États ou parties concernés avait transformé le mandat en tutelle, ou en "territoire sous tutelle".

    En vertu du chapitre 12 de la même Charte, l’ONU avait une fenêtre de trois ans pour cela, entre le 24 Octobre 1945 (date où la Charte des Nations Unies est entrée en vigueur) et le 14/15 mai 1948, date où le mandat a expiré, et l’Etat d’Israël a été proclamé.
    Comme aucun accord de ce type n’a été passé pendant ces trois ans, les droits donnés aux juifs sous le mandat britannique sur la Palestine ont force exécutoire, et l’ONU se doit de respecter cet article 80 qu’elle n’est d’ailleurs pas autorisée à modifier.

    L’ONU n’a donc aucune possibilité de transférer ou de reconnaître le transfert d’une partie des droits qui ont été donnés au peuple juif sur la Palestine à une entité non juive, en l’occurrence, à l’Autorité palestinienne. Tous les juristes de l’ONU le savent, et buttent sur cette résolution incontournable.

    Parmi les plus importants des droits conférés aux Juifs, figurent ceux de l’article 6 du Mandat qui reconnaît aux Juifs le droit "d’immigrer librement sur la terre d’Israël et d’y établir des colonies de peuplement ". Ce droit, comme mentionné plus haut, est totalement protégé par l’article 80 de la Charte des Nations Unies .Il faut rappeler que sous le mandat britannique, toute la Palestine était réservée à l’établissement du foyer national juif et du futur Etat juif indépendant, en confirmation de ce qui avait été décidé lors de la conférence de paix de San Remo en Avril 1920.

    Aucune partie de la Palestine concernée par le mandat britannique (soit la Cisjordanie après la création de la Jordanie), n’a été donnée pour la création d’un Etat arabe.
    Les droits des Arabes à l’autodétermination leur ont été accordés ailleurs : en Syrie, en Irak, en Arabie, en Egypte, en Afrique du Nord et en Jordanie (après l’accord spécial modifiant le dit Mandat). Il a été créé en conséquence 21 Etats arabes sur un immense territoire qui va du golfe Persique à l’océan Atlantique.

    Il n’y a donc aucune possibilité de créer un Etat arabe supplémentaire indépendant en Cisjordanie, territoires de la Palestine mandataire réservée à l’autodétermination juive.Créer un tel état sur ces terres attribuées aux juifs serait illégal en vertu de l’article 80 de la Charte des Nations Unies, et outrepasserait l’autorité juridique que l’ONU s’est elle-même donnée…Et cela, en dépit de sa tendance et de sa volonté politique !

    Z.T.

    http://zvitenney.blogspot.fr/2013/06/un-etat-palestinien-serait-en.html
    Flavius
    Flavius
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 15594
    Date d'inscription : 17/12/2013
    Age : 23
    Localisation : Hérault

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Flavius le Sam 18 Jan 2014 - 18:54

    anita 12 a écrit:


    message pas passé ! je répète donc , d'autant plus que



    Un Etat palestinien serait en contradiction de la Charte de l’ONU

    Voici quelques remarques  à ce sujet émises dernièrement  par des juristes en droit international qui pourraient surprendre nombreux....Certes cela ne peut changer la perception courante et actuelle du conflit, mais il n’empêche qu’il est intéressant  d'avoir ces remarques en mémoire, surtout quand on pense à la solution de ce conflit en coopération avec la Jordanie.  

    L’ONU a dans sa Charte la résolution 80  qui lorsqu’elle a été votée a officieusement été appelée la « clause du peuple juif », car elle conserve intacts tous les droits accordés aux Juifs par le Mandat britannique pour la Palestine, même après l’expiration dudit mandat les 14/ 15 mai 1948.

    Cette résolution 80 de la charte de l’ONU a force de traité international car la Charte des Nations Unies dans son entier est un traité international. Appliquée à la Palestine, elle explique que les droits qui ont été donnés aux Juifs sur la terre d’Israël ne peuvent être modifiés d’aucune façon, sauf si un accord de tutelle entre les États ou parties concernés avait transformé le mandat en tutelle, ou en "territoire sous tutelle".

    En vertu du chapitre 12 de la même Charte, l’ONU avait une fenêtre de trois ans pour cela, entre le 24 Octobre 1945 (date où la Charte des Nations Unies est entrée en vigueur) et le 14/15 mai 1948, date où le mandat a expiré, et l’Etat d’Israël a été proclamé.
    Comme aucun accord de ce type n’a été passé pendant ces trois ans, les droits donnés aux juifs sous le mandat britannique sur la Palestine ont force exécutoire, et l’ONU se doit de respecter cet article 80 qu’elle n’est d’ailleurs pas autorisée à  modifier.

    L’ONU n’a donc aucune possibilité de transférer ou de reconnaître le transfert d’une partie des droits qui ont été donnés au peuple juif sur la Palestine à une entité non juive, en l’occurrence, à l’Autorité palestinienne. Tous les juristes de l’ONU le savent, et buttent sur cette résolution incontournable.

    Parmi les plus importants des droits conférés aux Juifs, figurent ceux de l’article 6 du Mandat qui reconnaît aux Juifs le droit "d’immigrer librement sur la terre d’Israël et d’y établir des colonies de peuplement ". Ce droit, comme mentionné plus haut, est totalement protégé par l’article 80 de la Charte des Nations Unies .Il faut rappeler que sous le mandat britannique, toute la Palestine était réservée à l’établissement du foyer national juif et du futur Etat juif indépendant, en confirmation de ce qui avait été décidé lors de la conférence de paix de San Remo en Avril 1920.

    Aucune partie de la Palestine concernée par le mandat britannique (soit la Cisjordanie après la création de la Jordanie), n’a été donnée pour la création d’un Etat arabe.
    Les droits des Arabes à l’autodétermination leur ont été accordés ailleurs : en Syrie, en Irak, en Arabie, en Egypte, en Afrique du Nord et en Jordanie (après  l’accord spécial modifiant le dit Mandat). Il a été créé en conséquence  21 Etats arabes sur un immense territoire qui va du golfe Persique à l’océan Atlantique.

    Il n’y a donc aucune possibilité de créer un Etat arabe supplémentaire  indépendant en Cisjordanie, territoires de la Palestine mandataire réservée à  l’autodétermination  juive.Créer un tel état sur ces terres attribuées aux juifs serait illégal en vertu de l’article 80 de la Charte des Nations Unies, et outrepasserait l’autorité juridique que l’ONU s’est elle-même donnée…Et cela, en dépit de sa tendance et de sa volonté politique !

    Z.T.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    Certes, mais à force de faire croire aux opinions publiques que Israël était l'agresseur, je ne pense pas que cet article pèse lourd lors de prochaines négociations. Il aurait fallu que dès le départ Israël s'appuie sur cet article pour refuser toute négociation. Après tout la Palestine telle qu'on l'entend c'est la Jordanie pour sa plus grande partie. Le Liban aurait pu en absorber aussi puisqu'il se vante de son multi confessionnalisme bien toléré...
    avatar
    Invité
    Invité

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Invité le Lun 20 Jan 2014 - 0:28

    Flavius a écrit:


    Certes, mais à force de faire croire aux opinions publiques que Israël était l'agresseur, je ne pense pas que cet article pèse lourd lors de prochaines négociations. Il aurait fallu que dès le départ Israël s'appuie sur cet article pour refuser toute négociation. Après tout la Palestine telle qu'on l'entend c'est la Jordanie pour sa plus grande partie. Le Liban aurait pu en absorber aussi puisqu'il se vante de son multi confessionnalisme bien toléré...

    il n'est jamais trop tard pour le rappeler ! de toute façon le refus des negociations est déjà assuré par l'autre partie , quand on pense qu'Obama a fait pression sur Netanyahou pour libérer ces prisonniers assassins , juste pour que sa majesté Abbas daigne s'asseoir a la table des négociations en rejetant evidemment toute proposition ! qu'espère t il ?
    brader Israel pour entrer dans l'histoire ?
    Flavius
    Flavius
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 15594
    Date d'inscription : 17/12/2013
    Age : 23
    Localisation : Hérault

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Flavius le Lun 20 Jan 2014 - 18:54

    anita 12 a écrit:

    il n'est jamais trop tard pour le rappeler ! de toute façon le refus des negociations est déjà assuré par l'autre partie , quand on pense qu'Obama a fait pression sur Netanyahou pour libérer ces prisonniers assassins , juste pour que sa majesté Abbas daigne s'asseoir a la table des négociations en rejetant evidemment toute proposition ! qu'espère t il ?
    brader Israel pour entrer dans l'histoire ?

    Je pense qu'Israël ne s'est jamais d'illusions sur ses alliés. Une longue expérience de trahisons diverses
    avatar
    Invité
    Invité

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Invité le Mar 21 Jan 2014 - 4:54

    Flavius a écrit:

    Je pense qu'Israël ne s'est jamais d'illusions sur ses alliés. Une longue expérience de trahisons diverses


    faut dire qu'avec Obama le monde a tourné au cauchemar et ses relations avec Israel en particulier !
    Flavius
    Flavius
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 15594
    Date d'inscription : 17/12/2013
    Age : 23
    Localisation : Hérault

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Flavius le Mar 21 Jan 2014 - 11:06

    anita 12 a écrit:


    faut dire qu'avec Obama le monde a tourné au cauchemar et ses relations avec Israel  en particulier !


    Je pense que dans un cas général, il faut intégrer dans toutes les analyses géopolitiques que l'on est amené à faire, que toutes les nations, ne font pratiquement rien sous l'affect ou l'émotion. Et c'est normal !
    Chaque nation ne peut-être motivée que par l'intérêt de ses mandants qui sont les habitants qui les peuplent...Israël ne fait pas exception... Après ce n'est que la détermination de ces intérêts qui font la justesse de l'analyse.
    avatar
    Invité
    Invité

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Invité le Mer 22 Jan 2014 - 4:16

    Flavius a écrit:


    Je pense que dans un cas général, il faut intégrer dans toutes les analyses géopolitiques que l'on est amené à faire,  que toutes les nations, ne font pratiquement rien sous l'affect ou l'émotion. Et c'est normal !
    Chaque nation ne peut-être motivée que par l'intérêt de ses mandants qui sont les habitants qui les peuplent...Israël ne fait pas exception... Après ce n'est que la détermination de ces intérêts qui font la justesse de l'analyse.

    mais indépendamment d'Israel , je ne vois pas ce que fait de bien Obama pour l'Amerique ! il lui a fait perdre tout crédit !
    Flavius
    Flavius
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 15594
    Date d'inscription : 17/12/2013
    Age : 23
    Localisation : Hérault

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Flavius le Mer 22 Jan 2014 - 11:15

    anita 12 a écrit:

    mais indépendamment d'Israel , je ne vois pas ce que fait de bien Obama pour l'Amerique ! il lui a fait perdre tout crédit !

    C'est vrai. Mais nous sommes dans le deuxième mandat ? celui qui permet de se reposer des conneries faites lors du premier.
    avatar
    Invité
    Invité

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Invité le Jeu 23 Jan 2014 - 2:52

    Flavius a écrit:

    C'est vrai. Mais nous sommes dans le deuxième mandat ? celui qui permet de se reposer des conneries faites lors du premier.


    celui qui permet d'en faire encore plus qu'au premier puisqu'il n'y a pas de réélection en vue !
    Flavius
    Flavius
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 15594
    Date d'inscription : 17/12/2013
    Age : 23
    Localisation : Hérault

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Flavius le Jeu 23 Jan 2014 - 11:07

    anita 12 a écrit:


    celui qui permet d'en faire encore plus qu'au premier puisqu'il n'y a pas de réélection en vue  !

    On peut aussi voir les choses comme ça.
    Prochaine présidente Hillary Clinton ?
    avatar
    Invité
    Invité

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Invité le Ven 24 Jan 2014 - 6:26

    Flavius a écrit:

    On peut aussi voir les choses comme ça.
    Prochaine présidente Hillary Clinton ?

    ne parlez pas de malheur ! elle m'a tant déçue a retourner ainsi sa veste pour avoir un poste , qu'elle ,n"a particulièrement pas bien rempli d’ailleurs , a mon avis !
    Flavius
    Flavius
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 15594
    Date d'inscription : 17/12/2013
    Age : 23
    Localisation : Hérault

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Flavius le Ven 24 Jan 2014 - 13:02

    anita 12 a écrit:

    ne parlez pas de malheur ! elle m'a tant déçue a retourner ainsi sa veste pour avoir un poste , qu'elle ,n"a particulièrement pas bien rempli d’ailleurs , a mon avis !


    Pourquoi vous aviez encore des illusions sur le personnel politique ?

    Révélations d’un analyste iranien à la télé syrienne : "l’Iran a de loin dépassé le niveau d’uranium souhaité. Nos missiles peuvent désormais très facilement atteindre Tel-Aviv. Nous avons des armes qui peuvent aveugler Israël".

    Ci-dessous le transcript de l’émission en date du 11 décembre, effectué par Memri :

    Mohammad Sadeq Al-Hosseini : Croyez-moi, le président Obama a tenté, par cinq fois d’obtenir une poignée de main du président Rohani, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies - et il a échoué. Il a dit : « Je suis prêt à discuter de la question de Bahreïn, comme l’Iran le veut - mais donnez-moi juste cette poignée de main."

    C’est parce qu’on l’a vaincu aux portes de Damas. L’accord sur les armes chimiques n’a pas constitué une victoire pour lui. C’était un piège, dans lequel nous l’avons précipité. Il a perdu cette bataille et c’est nous qui l’avons gagnée. Ces armes chimiques constituaient un lourd fardeau, des pièces de ferraille et de métal que nous aurions pu couler en mer, mais nous les leur avons données, après une manœuvre diplomatique très habile, qui impliquait trois facteurs : un silence complet de la part du Hezbollah, le gros bâton de l’Iran dans l’autre main et une équipe diplomatique syrienne de première classe, qui est parvenue à rester ferme et résolue, face à toutes les attaques.

    Qu’est-il arrivé aux Américains, par ailleurs ? Obama a dû effectuer une grande retraite. Il a été forcé d’accepter une poignée de main du président Rohani, qu’il considérait comme une sorte de Gorbatchev ou de Sadate, de sorte que le jour ne vienne où il serait obligé de baiser les mains de Hassan Nasrallah et de l’imam Khamenei, afin qu’ils retiennent le feu de la grande guerre qui a été préparée pour annihiler Israël. Toutes les opérations … Il a été révélé que nos missiles peuvent désormais très facilement atteindre Tel-Aviv. Nous avons des armes qui peuvent aveugler Israël.

    avatar
    Invité
    Invité

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Invité le Ven 24 Jan 2014 - 18:16

    Flavius a écrit:


    Pourquoi vous aviez encore des illusions sur le personnel politique ?

    Révélations d’un analyste iranien à la télé syrienne : "l’Iran a de loin dépassé le niveau d’uranium souhaité. Nos missiles peuvent désormais très facilement atteindre Tel-Aviv. Nous avons des armes qui peuvent aveugler Israël".

    Ci-dessous le transcript de l’émission en date du 11 décembre, effectué par Memri :

    Mohammad Sadeq Al-Hosseini : Croyez-moi, le président Obama a tenté, par cinq fois d’obtenir une poignée de main du président Rohani, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies - et il a échoué. Il a dit : « Je suis prêt à discuter de la question de Bahreïn, comme l’Iran le veut - mais donnez-moi juste cette poignée de main."

    C’est parce qu’on l’a vaincu aux portes de Damas. L’accord sur les armes chimiques n’a pas constitué une victoire pour lui. C’était un piège, dans lequel nous l’avons précipité. Il a perdu cette bataille et c’est nous qui l’avons gagnée. Ces armes chimiques constituaient un lourd fardeau, des pièces de ferraille et de métal que nous aurions pu couler en mer, mais nous les leur avons données, après une manœuvre diplomatique très habile, qui impliquait trois facteurs : un silence complet de la part du Hezbollah, le gros bâton de l’Iran dans l’autre main et une équipe diplomatique syrienne de première classe, qui est parvenue à rester ferme et résolue, face à toutes les attaques.

    Qu’est-il arrivé aux Américains, par ailleurs ? Obama a dû effectuer une grande retraite. Il a été forcé d’accepter une poignée de main du président Rohani, qu’il considérait comme une sorte de Gorbatchev ou de Sadate, de sorte que le jour ne vienne où il serait obligé de baiser les mains de Hassan Nasrallah et de l’imam Khamenei, afin qu’ils retiennent le feu de la grande guerre qui a été préparée pour annihiler Israël. Toutes les opérations … Il a été révélé que nos missiles peuvent désormais très facilement atteindre Tel-Aviv. Nous avons des armes qui peuvent aveugler Israël.


    n'est ce pas Obama qui après sa première investiture et lors de son discours du Caire , a lancé la première offensive contre Israel en inventant des frontières de 67 qui 'ont jamais existé et ne sont que des lignes d’armistice suite aux dernières guerres ? ?
    Flavius
    Flavius
    Modérateur
    Modérateur

    Messages : 15594
    Date d'inscription : 17/12/2013
    Age : 23
    Localisation : Hérault

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Flavius le Ven 24 Jan 2014 - 18:27

    anita 12 a écrit:

    n'est ce pas Obama qui après sa première investiture et lors de son discours du Caire , a lancé la première offensive contre Israel en inventant des frontières de 67 qui 'ont jamais existé et ne sont que des lignes d’armistice suite aux dernières guerres ? ?

    C'est bien lui. C'est aussi pour cela je maintiens que le Proche Orient n'a jamais été his cup of tea

    Contenu sponsorisé

    Quid des implantations ? Empty Re: Quid des implantations ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 15 Juil 2020 - 11:59