Cette décision fait craindre aux écologistes que la protection de l’environnement ne soit sacrifiée aux intérêts du lobby de l'agro-business.